Hungry ou l’art de la distorsion cosmétique ?

Blush par ci, fard à paupière par là, dessin des sourcils, crayonnage des lèvres, pose du fond de teint … je ne vous cache pas que je n’en peux carrément plus des vidéos d’influenceuses maquillées comme des camions volés. A l’heure du #nomakeup, ces tutos à répétition où l’on se façonne le visage à l’emporte pièce fait rebondir d’image en image une vision assez formatée du féminin. C’est donc avec autant de surprise que d’intérêt que j’ai découvert l’univers de Hungry.

Hungry qui fait reculer les limites et interroge les frontières en se grimant avec audace, talent et un sens consommé du théâtral. Objectif : effacer les éléments de reconnaissance faciale, les perturber, les intervertir. Nez, yeux, bouche … tout se confond, de même le derme et le métal, la peau et le tissu … On pense aux masques hindou, aux fards du kabuki, aux personnages de l’opéra de Pékin … ou aux robots des films d’anticipation.

C’est superbe, majestueux, risqué car en marge des codes esthétiques mais follement audacieux et innovant, et pour le coup totalement spectaculaire, dans la lignée des métamorphoses d’Orlan. Et puis c’est assumé, pleinement, un vent de fraîcheur et de sincérité dans cet univers sans saveur qui répète à l’infini une même image de la beauté comme un infini carcan. Vive donc l’art de la distorsion cosmétique comme porte ouverte à l’enrichissement de l’individu.

Et plus si affinités

https://www.isshehungry.com

https://www.instagram.com/isshehungry/

https://www.facebook.com/isshehungry/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.