Fuck da Pixel 3 : d’Akira au zombi… ou quand informer détruit ?

Il aurait pu s’intituler

« Du poivre dans les draps »

Ou plutôt : « Chéri, il y a un fantôme dans l’ordinateur »

Ou plutôt : « Figure de l’horreur et technologies »

Ou plutôt : «  Akira, paradigme de la multiplication et désintégration »

Ou plutôt : « Quand disparaître ? »

Après avoir attentivement écouté cette analyse hors du commun, nous avons finalement choisi de baptiser Fuck da Pixel 3 « d’Akira au zombi… ou quand informer détruit ? ». C’est que le nouvel épisode des explorations oudéistes en terres numériques inconnues nous plonge cette fois-ci au cœur d’un des manga les plus célèbres car certainement l’un des plus percutants en matière de dystopie.

Vous savez désormais à quel point cette thématique est chère au cœur des oudéistes qui y inscrivent leur action artistique. Normal donc que le manga signé de la main du consacré Katsuhiro Ôtomo les inspire tout particulièrement qui a en partie bercé leur ado et alimenté leur imaginaire.

Avec l’expérience et l’âge adulte, ils reviennent tout naturellement sur cet ouvrage anthologique pour y déceler ce qui devait tisser l’avenir de la communication et la déperdition de l’information. Leur analyse et leur développement les conduira de l’univers futuriste et dévasté d’Akira à celui de la dévoration cauchemardesque du zombi , autant d’analogies qui saisissent en puissance le cannibalisme exercé aujourd’hui par le règne tout puissant des nouvelles technologies.

Il faut croire que le sujet leur tenait particulièrement à cœur, car ce nouvel opus est fouillé, fourni et long. Mais passionnant. Rendez-vous dans 26 minutes et dans l’autre monde.

Fuck da Pixel 3 : d’Akira au zombi… ou quand informer détruit ? by Delfromtheartchemists on Mixcloud

Et plus si affinités

http://www.oudeis.fr/

http://faceboobs.org/boo.html

Article sponsorisé

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.