Frascati : corne d’abondance à la romaine

10629635_655466637900315_7734431345795827205_n

Dans le fracas permanent de la plus belle ville du monde, il est parfois bon de savoir ralentir le rythme et de partir vers d’autres cieux. Ce samedi où nous fuyons le tumulte de la Street Food Temple puis du marché des Enfants Rouges, saturés de clients en quête de sensations culinaires, nous nous demandons où nous réfugier.

Laissons faire le hasard qui fait bien les choses puisqu’il nous conduit aux portes de Frascati. Nous franchissons la porte, alléchés par une devanture remplie de jambons, de fromages et autres denrées italiennes. A peine à l’intérieur nous oublions le très parisien boulevard Beaumarchais pour nous retrouver dans une enclave romaine, où le temps s’arrête.

10387081_656802671100045_6844767549985666368_o

Des murs tapissés par les sourires des belles actrices de la Cine Citta et les réclames vintage chantant la dolce vita des 60’s, des fauteuils usagés mais confortables où nous nous installons, des tables constellées de mosaïques chatoyantes, ici on se pose. On se repose. Vraiment. A la cliente pressée d’acheter sa bouteille d’apéritif, le propriétaire des lieux répond poliment qu’il la sert dés qu’il a fini ce qu’il a entrepris. A savoir un gigantesque sandwich que les truculents héros de Rabelais n’auraient pas boudés.

Et il a bien raison de prendre son temps, ce monsieur, car l’entreprise est d’envergure tout comme la garniture est de qualité. Pain frais et croustillant, huile d’olive savoureuse, voici le lit qui accueille les produits de la belle Rome, trévise un rien piquante, charcuteries relevées, fromages bien faits, antipasti de toutes sortes. Artichauts ou tomates confites, roquette craquante, mozarella moelleuse, … les tables sont remplies de jattes et de saladiers débordants de richesses.

Cornes d’abondance qui atterrissent en douceur dans nos assiettes, les sandwiches de Frascati ont tout du festin. On y ajoute un verre de vin typique, ou un soda orné d’une pin up … viennent les dolce qui caressent le palais d’une crème sucrée légèrement pistachée ou citronnée suivant les tendances, tandis que les hits s’enchaînent à la radio, dans cette langue taquine et parfumée.

On ressort repu, un sac à la main où s’amoncellent d’autres préparations, salades, pâtes fraîches auxquelles nous n’avons pu résister (le prix en est tout à fait raisonnable) à la fois heureux et frustrés de n’avoir pu déguster ces bonheurs au pied des fontaines, à l’ombre des églises, sur les ponts enjambant le Tibre.

20150926_164254

Et plus si affinités

www.facebook.com/Frascati-A-Presto

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.