Exposition Théâtre du pouvoir au Louvre : quand l’art et le politique se rencontrent …

Éduquer le public pour mieux décrypter l’image : à l’heure où, manipulée, façonnée, cette dernière investit tous les vecteurs de communication pour le plus souvent impressionner, tromper, orienter et mentir, initier les usagers constitue un impératif. Mais les modules de formation au repérage d’images retouchées et de fake news n’ont de sens que si l’on revient aux sources. Ce que fait le Musée du Louvre avec l’action menée au sein de la Petite Galerie et plus spécifiquement peut-être avec l’exposition Théâtre du pouvoir.

Destiné aux enfants comme à leurs parents et aux visiteurs néophytes de tous âges, ce parcours asse au crible la relation séculaire que l’art et le pouvoir entretiennent avec constance. Si les artistes furent souvent critiques des autorités en place, ils en ont aussi été le pilier, le soutien, le reflet mélioratif, avec des codes de représentation très précis qui traversent les âges. Ce sont ces codes que l’exposition initiée par Paul Mironneau, directeur du musée national et domaine du Château de Pau, et Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre, entreprennent de démonter et d’expliciter.

Pour illustrer leur propos, tableaux, statues, objets de différentes époques dialoguent, depuis l’Antiquité jusqu’aux temps modernes. Combattant, constructeur, héros, le souverain assoit sa légitimité par les portraits que l’on peint de lui, les statues qui le subliment, les accessoires somptueux qui traduisent sa royauté : empereurs romains, rois de France, Napoléon et sa cour, les attitudes, les poses, le décorum apparaissent dans la constance d’une majesté définie par le spectaculaire, la richesse, la hauteur.

Il s’agit ici de persuader, de parler au regard, à l’imaginaire, aux émotions, et non à la raison. Impressionnants, les monarques, légitimes ou non, ancrent leur dynastie future dans une conjugaison éternelle de symboles, qu’ils reprennent de génération en génération. Finement mise en avant cette constance établit un enseignement ludique mais marquant, qui ne peut qu’amener à embrasser les images du pouvoir actuel avec plus de recul et un esprit critique beaucoup plus aiguisé. C’est le but du reste, Il est louable, et impératif.

Et plus si affinités

https://petitegalerie.louvre.fr/article/lexposition

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.