Exposition : Thé, café ou chocolat ? L’’essor des boissons exotiques au XVIIIe siècle

Aujourd’hui on en trouve des variétés, des qualités, des usages différents. Thé, café et chocolat sont des produits alimentaires de base, référencés en bourse, communs dans le panier de la ménagère. On en boit à la chaîne, on en croque à la demande. Il n’en fut pas toujours ainsi et le musée Cognac-Jay se charge de nous le rappeler au travers d’une exposition fine, intelligente et précieuse.

11008461_756768694439787_6221783875368856908_n

Car dés leur découverte au crépuscule du Moyen Age, ces boissons exotiques marquèrent les imaginations avant de charmer les papilles et d’adoucir les mœurs. Véritables alicaments de luxe, ils vont progressivement investir les us et les coutumes de la très haute société, au point de devenir l’attribut indissociable de la conversation et de l’échange social tel qu’il fut pratiqué au XVIIIeme siècle.

11061706_777365432380113_6546426999223230729_n
Jeanne Bécu, Comtesse du Barry et Zamor qui lui apporte une tasse de café – Jean-Baptiste-André Gautier d’Agoty – Château de Versailles © RMN-Grand Palais Gérard Blot

Essor du commerce oblige, ces produits vont petit à petit séduire les esprits, malgré les réticences proclamées de certains, bénéficiant de la publicité d’autres. Les témoignages abondent qui émaillent la littérature et les mémoires du temps. Les idées des Lumières vont prendre coprs dans les cafés et les salons où l’on disserte autour des délicieux breuvages consommés dans des services en porcelaine tous plus beaux et originaux les uns que les autres.

11083788_777365449046778_1289617866699040901_o
Cabaret à décor bleu et rose Manufacture de Meissen – Sèvres Cité de la Céramique © RMN-Grand Palais – Martine Beck-Coppola

Chocolatière, cafetière, théière constituent les outils de base de cet équipement conçu comme une affirmation de réussite sociale, tandis que les recettes doucement envahissent les livres de cuisine et les menus des chefs. De la découverte à la ritualisation, le parcours analytique proposé par le musée retrace cette mutation en trois volets distincts : « Vertus et dangers des boissons exotiques », «Cercles de consommation », « Nouveaux services » nous expliquent en images et en objets comment ces liqueurs sont entrées dans nos vies.

11011123_473732719459187_5635236315130773981_n
©Jean-Marie Mixille, Jeune femme prenant son café, Paris, musée du Louvre, colllection Rothschild

Développement d’un marché, ancrage dans les mœurs, débat sur leurs avantages et leurs inconvénients, création de matériel dédié, source d’inspiration, il est drôle de voir ces liquides aujourd’hui banals, se glisser malicieusement dans les tableaux de Boucher ou Chardin pour en devenir les vedettes. S’invitant dans un coin, le détail d’une table, ils métamorphosent les portraits en scène de genre, comme pour embellir un quotidien désireux de beauté. Les accessoires qui nous sont dévoilés confirment l’impact de cette silencieuse et charmante conquête. On reste songeur devant cette tranquille élégance datant d’un autre temps, quand ces mets faisaient exception, n’étaient pas simple consommation mais rituel social et intellectuel.


Exposition Thé, café ou chocolat? | Musée… par paris_musees

Et plus si affinités

http://www.museecognacqjay.paris.fr/les-expositions/cafe-ou-chocolat