Exposition Balenciaga : œuvre au noir et sculpture d’étoffes

Photos Benjamin Getenet et Delphine Neimon

Balenciaga, l’œuvre au noir, téléporte l’action du Palais Galliera dans les murs du Musée Bourdelle pour explorer la manière dont le maître, d’origine espagnole, fit de la couleur nocturne l’un des piliers essentiels de son esthétique. Au travers d’une centaine de pièces de toute beauté, nous découvrons le long cheminement qui sépare la toile première, patron informe, de la robe terminée, sublime création.

Sens du volume, génie de la forme, goût des transparences, des reflets, jeu sur le mat et l’irisé, d’un modèle à l’autre, Balenciaga repense complètement le noir, qui soudain se décline en nuances multiples, si différentes. Velours, lainage, soie, dentelle, crêpe, … d’un tissu à l’autre, tout change et le matériau dicte la forme, la logique, l’âme du costume à naître.

Styliste ou sculpteur, le geste créatif serait-il le même ? En plaçant robes, manteaux, tailleurs et autres tenues dans cet espace dédié à Bourdelle, la commissaire Véronique Belloir ébauche une mise en regard des plus étonnantes. La scénographie signée Olivier Saillars qui dirige le palais Galliera, joue de ce parallélisme, et l’on se prend à saisir l’effort fourni par chacun pour tailler qui le marbre, qui le tissu.

Finalement, la démarche est aussi intense pour l’un que pour l’autre, puisqu’il s’agit d’insuffler une âme, une énergie, un mouvement dans la matière. Le parcours en présentant des pièces de différentes époques, permet par ailleurs de constater l’évolution du couturier des couturiers, son aisance à repenser formes et lignes, pour coller à l’époque sans perdre cette influence espagnole qui habite ses créations.

Et plus si affinités

http://palaisgalliera.paris.fr/fr/expositions/balenciaga-loeuvre-au-noir

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.