Émile en Ville : cartographie de salon et nostalgie de la communale

Le patronyme de Paul Vidal-Lablache ne vous dit rien ? C’est bien dommage car nous lui devons des heures de rêveries scolaires, à suivre du regard les méandres de ses cartes tandis que le prof de géographie nous endormait de son discours monocorde. Fleuves, montagnes, villes, mers, capitales, océans, cet auguste agrégé va mettre les nations à plat et en images pour en transmettre les reliefs et l’organisation aux générations futures : nous sommes à la fin du XIXeme siècle, l’école laïque prend son envol, il faut enseigner aux élèves les réalités de leur pays. Pour ce faire, les cartes de Vidal-Lablache et ses disciples vont envahir les murs des classes de primaire avec leur calligraphie unique et leurs couleurs pastel.

Aujourd’hui la cartographie a évolué, son enseignement aussi car le digital est en train de prendre le relais ; pourtant les cartes de Vidal-Lablache n’ont pas dit leur dernier mot. Graphiste suisse doublée d’une voyageuse invétérée, Adeline Besse a jeté son dévolu sur ces témoignages d’une approche pédagogique révolue mais néanmoins efficace pour en faire un objet de décoration vintage et intelligent. Elle lance Émile en Ville, son studio de création, en 2016 pour justement promouvoir des cartes géographiques déco-éducatives réactualisées, destinées à égayer chaque pièce de la maison, depuis la chambre des enfants jusqu’au salon.

Planisphère politique ou carte des nouvelles régions de France, chaque produit est fabriqué avec soin et amour, notamment la pose des œillets d’accrochage dans la plus pure tradition, imprimé en Normandie sur papier de qualité, et made in France dans la conception et la réalisation. Il faut compter 49 euros pour un modèle de 68,5 sur 84 cm, avec un papier 250 gr. Élégant, surprenant, nostalgique … on attend que la gamme s’étoffe, curieux de voir apparaître les contours des différents continents, les différenciations climatiques … ou le flux des échanges mondiaux à l’heure du numérique triomphant ?

Et plus si affinités

http://www.emileenville.com

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire