Copie Copains Club : l’art est un éternel recommencement

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

263347_119705634903080_1882495895_n

« Ouais il a copié, c’est pas cool, c’est un gros tricheur !!! » Non ce n’est pas sur les bancs des écoles et dans les cours de récré que vous entendrez le plus cette phrase aux accents d’hystérie enfantine, mais bien dans les milieux de l’entreprise et de l’art. Le principe de « copyright » a beau faire, tout le monde a toujours copié tout le monde. Prenez Dom Juan : pris à la gorge par l’interdiction de Tartuffe, Molière en pompe le sujet en urgence sur les relectures que Dorimond et Villiers ont fait de la pièce originale de l’espagnol Tirso de Molina. Et bim ! Chef d’œuvre !!! Mythe !!! Dont on étudie encore les scènes à la loupe dans les écoles de l’Hexagone. Alors qu’on oublie les textes d’origine.

copie-copains-club-1

Cet exemple n’en est qu’un parmi des centaines, des milliers d’autres : adaptation, pastiche, réécriture, relecture, … la littérature parlera d’intertextualité. Mais en ce siècle du tout internet où les idées et les concepts fusent à chaque instant pour faire le tour de la planète de forums en réseaux, on a vite fait de se faire pomper sa petite étincelle de génie innovante. Alors quoi ? Ne faut-il pas dans ce contexte changer notre approche de la création et de l’inspiration ? C’est l’enjeu placé au cœur du Copie Copains Club. Un cénacle d’artistes bien plus qu’un réseau, qu’on ne peut pénétrer qu’en respectant certaines règles de bases :

regle-500x698

A l’origine de cette démarche, Emilie Brout, Caroline Delieutraz et Maxime Marion, trois passionnés de l’image bien décidés à explorer les limites mouvantes du Creative Commons en les mixant ironiquement avec l’idéal du Mickey Club. Et parmi les Gentils Membres de ce Club de l’imaginaire en action, des noms prestigieux comme Orlan, Buren, Mueck, Cécile Babiole, Annie Abrahams,  auxquels se mêlent des pointures émergentes telles One Billion Cat ou Paul Destieu. Le site du CCC permet dans une même synergie de présenter les artistes et leur champ d’action, ainsi que les œuvres et leur modèle d’origine. Et c’est là qu’on réalise que copier est un acte bien plus complexe et riche qu’il n’y paraît. Détournement, ancrage dans le présent, désacralisation, refonte, propulsion dans le futur via la technologie et les supports modernes … en s’élargissant les savoir faire et les outils offrent l’opportunité de vivifier les mythes et les problématiques au lieu de les fossiliser dans le contour initial.

10645076_281628975377411_7333592202645289110_n

Irrespect ? Non. Expérimentation et observation, certainement. La plate forme web a été inaugurée il y a un an à la Gaîté Lyrique, un parrainage qui en dit long sur l’importance de l’action menée : 120 œuvres, plus de 90 artistes de toutes nationalités, tous sous licence CCC. Désormais documentée et enrichie, cette « collection » se devait de passer du virtuel au concret du muséal. C’est chose faite avec la 10eme édition du Festival Gamerz. L’association M2F Créations – Lab Gamerz a invité le Copie Copains Club à investir la fondation Vasarely d’Aix en Provence pour y présenter les travaux de quatorze artistes/copains en regard des œuvres initiales : où quand à la copie se substituent le dialogue et l’hommage ?

Et plus si affinités

COPIE COPAINS CLUB GETS PHYSICAL

une invitation du Festival Gamerz #10

Exposition collective
du 2 au 12 octobre 2014
Fondation Vasarely, Aix en Provence

www.copie-copains-club.net

Festival Gamerz

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire