Ciao Italia : un siècle pour faire souche et référence

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Ah l’Italie, nous en parlons souvent dans nos articles, fascinés que nous sommes par la culture de ce pays légendaire … et par sa gastronomie. Pizze, pasta, antipasti, dolce font souvent la une de notre rubrique gastronomique pour le plus grand bonheur de nos papilles. Mais derrière charcuterie, parmesan et gnocchi, c’est une histoire d’ancrage culturel qui se joue. Car les restaurateurs dont nous parlons, souvent, très souvent, sont d’origine italienne, installés en France il y a peu … ou depuis une centaine d’années, dans la mouvence des grands flux migratoires du début du XXeme siècle.

C’est cette diaspora que raconte l’exposition Ciao Italia, orchestrée par Dominique Païni, Stéphane Mourlane et Isabelle Renard pour le Musée national de l’histoire de l’immigration. Sous-titrée « Un siècle d’immigration et de cultures italiennes en France (1860-1960)« , elle revient sur les causes, le mécanisme et les retombées d’un impressionnant déplacement de population, à ce jour la migration la plus importante connue par l’Hexagone.

C’est qu’il a bien fallu les occuper, ces emplois générés par une croissance économique forte. Les italiens vinrent, parfois les mains vides, pour travailler dans le bâtiment, les mines, les commerces, l’agriculture, amenant avec eux leurs traditions, leur foi, leurs plats, leur langue … Confrontés à un racisme d’une rare violence, rejetés, critiqués, ils vont progressivement s’enraciner, malgré tout, jusqu’à imposer leurs expressions dans notre langue, comme l’évoque avec justesse et malice un des ultimes panneaux du parcours.

Très habilement, l’analyse proposée confronte la réalité d’un enracinement complexe et long, les légendes urbaines qui déforment la perception de cette communauté, l’apport en matière de culture et de talents multiples. Serge Reggiani, Yves Montand, Lino Ventura, la dynastie circacienne des Fratellini, le Campari, La Vespa, la Simca, les ligues antifascistes, … l’exposition dépasse ainsi la vision magnifiée d’une Italie de cinéma pour détailler l’expérience d’une lente et définitive intégration, désormais une référence.

Photos : Benjamin Getenet et Delphine Neimon

Et plus si affinités

http://www.histoire-immigration.fr/agenda/2017-01/ciao-italia

Album photo : https://www.facebook.com/pg/theartchemists/photos/?tab=album&album_id=1302981789780746

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire