Cartier-Bresson, Allemagne 1945 : un regard libre …

SRljKByBVNsavq92IypMlmZwsFkIXjVq-couv-1200

Certes Cartier-Bresson était déjà un photographe reconnu avant la Seconde Guerre Mondiale. Mais à la lecture du roman graphique de Morvan et Savoia, on comprend que la période du conflit constitua une prise de conscience et un tournant dans le positionnement de cet artiste.

cartier-bresson-allemagne-1945-morvan-trefouel-savoia-p-37

Artiste ou journaliste ? Peut-être tout simplement l’observateur d’un monde qui change … joie des congés payés, exploration des bas-fonds mexicains, chaleur de l’Espagne, Authenticité de l’Afrique, New York et ses gratte ciel, … le confinement en camp d’internement, l’Occupation, les années terribles de la conquête nazie, Cartier-Bresson les vit comme une castration. Amputé de sa liberté de mouvement comme de son cher Leika, il retrouvera l’une et l’autre pour témoigner de la chute du Reich et du réveil d’un cauchemar long de 6 années.

cartier-bresson-allemagne-1945-morvan-trefouel-savoia-leica

Cotoyant Capa, Doisneau, les surréalistes, il observe l’humanité prise dans les soubresauts d’une Histoire qui la dépasse. En pleine tourmente, à l’heure de rendre des comptes et de reconstruire, son objectif privilégie le moment, le geste, le regard, l’attitude. Comme toujours. Multipliant les prises de vue, il traque le cliché le plus révélateur d’une tension, d’une intention. Désireux de protéger ce crédo, il fondera Magnum avec ses camarades, afin de protéger et diffuser leur travail commun.

PlancheA_279975

Jouant sur les flashbacks, confondant les temporalités, les deux auteurs de cette biographie imagée parlent par la voix et le regard de HCB qui devient le héros de son propre récit. Alors qu’il traverse l’Atlantique pour aller à New York assister à l’inauguration de la première rétrospective de son oeuvre, HBC pratique son introspection, prêt à trier les centaines de clichés qu’il a accumulés depuis des années. A la fois protagoniste et auteur, il se retrouve derrière et devant l’objectif.

cartier-bresson-allemagne-1945-morvan-trefouel-savoia-p-37

Ainsi les photographies que nous voyons dans la deuxième partie du roman sont-elles dessinées par Sylvain Savoia dans la partie initiale,mais du point de vue des sujets photographiés qui observent HCB les immortalisant. Ingénieux, le procédé permet d’aborder cequi fait la valeur, partant la singularité de cette oeuvre. Passionnant, ce récit mis en images offre un angle de vue d’une grande vivacité, replaçant le travail d’HCB au centre d’une volonté humaniste.

Et plus si affinités

Le livre Cartier-Bresson est à découvrir aux éditions Dupuis :

http://www.dupuis.com/magnum-photos/bd/magnum-photos-tome-2-cartier-bresson-allemagne-1945/62549

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.