Billet chiffon : Catherine Deneuve lit la mode … et met la fashion week à l’envers !

catherine Deneuve lit la mode

Alors que la nouvelle édition de la fashion week Paris bat son plein, éblouissant le public ébahi par son lot habituel de paillettes et de plumes, la nouvelle websérie diffusée sur ARTE Créative s’impose comme une évidence, que dis-je, une urgence. Aux commandes du projet, un Loïc Prigent initié des podiums et des ateliers, documentariste affirmé du milieu, sans pareil quand il s’agit de capter la tension intérieure du styliste aux prises avec l’acte créatif.

La haute couture, Prigent connaît, les grands couturiers aussi qu’il célèbre depuis des années. Amoureux de cet univers, il en saisit par ailleurs les revers, ce côté bling bling précieux et putassier des fortunes insensées et des apparences sans profondeur. Depuis 2012 il s’amuse à twitter les phrases entendues ça et là dans les cocktails post défilés, les discussions du frow. Des répliques au vitriol, drôles certes mais terribles. Par leur méchanceté, leur violence, leur manque de consistance, d’empathie.

Il en a fait un livre au titre on ne peut plus clair J’adore la mode mais c’est tout ce que je déteste ; de là est venue l’idée d’une série au format court, 22 épisodes de 2 minutes chacun, avec en égérie la blonde Catherine Deneuve lisant certaines de ces répliques les plus cocasses, les plus grossières. Avec un talent consommé, une justesse délicieuse et un recul évident, entrecoupés de crises de fous rires et de remarques ironiques. Elle-même adepte de haute couture, l’actrice n’a cependant pas oublier son bon sens ni son humanité au pied des podiums, aussi son regard est-il sans pitié.

On appréciera d’autant plus l’ensemble de ces épisodes consacrés à des thématiques au vitriol « Le charabia », « La méchanceté », « La bouffe » et tutti quanti, que la caméra évacue l’appareil des photos et scéngoraphies rutilants pour demeurer fixée sur une Deneuve hilare et décontractée que Prigent a bien du mal à filmer tant il se marre. Frais et audacieux, le propos a ceci de nécessaire qu’il démythifie un miroir aux alouettes que beaucoup prennent en modèle, négligeant le travail de fourmi, l’absolu professionnalisme des créateurs et de leurs équipes pour demeurer à la surface bien trop futile du clinquant people.

Et plus si affinités

http://creative.arte.tv/fr/series/catherine-deneuve-lit-la-mode

Enregistrer