Bertrand Mandico : interrogations surréalistes sur les mystères du mouvement de vie

0.58116800 1399392967

Boro in the boxLiving still life : c’est en deux court-métrages qu’on prend conscience de la force de frappe esthétique et poétique du réalisateur Bertrand Mandico.


BORO IN THE BOX par henrydarger

Boro in the box relate en une quarantaine de minutes et 26 chapitres d’abécédaire le parcours du réalisateur surréaliste polonais  Walerian Borowczyk : une fable en noir et blanc qui tient du tableau animé, de la photo onirique, du conte étrange, de la biographie fantasmée. Récit à la première personne prononcée par une voix de femme, Boro in the box évoque les étapes qui ont enraciné et affermi l’artiste dans l’enfant, son regard rêveur et effrayé sur un monde dont il se soustrait en s’enfermant dans la boite de son esprit. Chargé de symboles forts, le film met en exergue le rapport organique que le créateur entretient avec ce qu’il imagine.

living still life / trailer / bertrand mandico from LES FILMS DE BERTRAND MANDICO on Vimeo.

Plus court, Living still life relate en quatre temps le travail obsessionnel d’une femme artiste pour redonner vie à la mort. D’animal en animal, d’être en être, nous voyons Fièvre au regard fixe et à la volonté sans faille rendre mouvement aux cadavres par la magie du motion picture. Violemment colorée, de magnifique facture, Living still life est aussi un tableau animé, structuré comme un récit poétique, où l’héroïne se fait sorcière, guérisseuse, passeuse d’âme compulsionnelle, en écho avec la respiration du monde.

81397

Ces deux fables sans dialogue imposent un style visuel impressionnant de justesse et de maîtrise, des cadrages, de la mise en scène, du décor et de l’acteur. Les textes, courts raccordent des termes forts posés aux instants clés de phrases simples à des images qui amplifient cette portée. On pense notamment aux clichés de Joel-Peter Witkin dans la composition des tableaux, la manière dont elles conjuguent le vivant et le mort, l’humain et l’animal, le réel et le merveilleux, l’admis et le transgressif. Le tout fouille la profondeur parfois déviante du rôle et de l’intériorité de l’artiste, isolé au cœur de l’humanité.

Photo Living Still Life 6

Et plus si affinités

http://www.malavidafilms.com/cinema/boro

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.