Années 70 : le plein de souvenirs pour les baby-boomers … et d’excellentes références pour les millennials

« Quand la France riait, chantait et se dévergondait » : sous-titre prometteur pour cet ouvrage tissé de souvenirs médiatiques et d’anecdotes croustillantes. En signant Années 70, Marc Pasteger plonge avec plaisir et un brin de mélancolie dans une époque révolue, quand la radio et la télévision rayonnaient sur les foyers, animées par l’inventivité de journalistes, d’animateurs et d’artistes qui n’avaient pas froid aux yeux.

Les facéties de Francis Blanche, Jean Yanne, Jacques Martin, Philippe Bouvard, Yves Mourousi pour ne citer qu’eux parmi l’imposante liste de profils évoqués par Pasteger … Aujourd’hui qui oserait, dans cet univers aseptisé de médias digitalisés et bien pensants, faire le millième de ce qu’ils firent, sans se soucier des Tartuffe numériques et toujours avec sympathie, un esprit potache et l’insouciance d’une période prospère ?

A lire également :  L’envers du décor : la télévision vue par en dessous !

« Aujourd’hui, dans les médias, comme dans les maisons de disques d’ailleurs, le canular est mort » dixit Jacques Pessis, surdoué touche-à-tout, adoubé par Pierre Dac, formé par Bouvard, et qui orchestra l’enterrement de l’homme invisible, fonda le Mouvement Loufoque français, et ruina proprement la célébration des 25 ans de télévision de Léon Zitrone en y invitant 500 anonymes et l’ensemble des journalistes de la place de Paris.

Une histoire parmi tant d’autres, conviviale, bon enfant, amusante mais riche d’enseignements sur une décennie particulièrement riche en matière de créativité artistique. Ces quelque 270 pages sont une mine d’or pour ceux qui regrettent cette période bénie … et pour ceux qui voudraient en saisir l’esprit singulier, la légèreté adolescente. Une cure de jouvence d’autant plus appréciable que l’écriture se veut concise, abordable, drôle.

Et plus si affinités

https://laboiteapandore.fr/2019/06/18/annees-70/