A l’avant garde : Yulia Ustinova, la Vénus au crochet …

Non, pas le crochet de boucher ou de pêcheur … décidément lecteurs, vous regardez trop de films d’horreur … oubliez le croc assassin de massacre à la tronçonneuse pour vous rappeler celui, plus doux et créatif de votre mamie très chère. Et vous serez un peu plus proche de l’univers de Yulia Ustinova … quoi que …

L’artiste russe excelle dans cet art si féminin, longtemps inscrit parmi les travaux de dame, mais dont elle sait malicieusement détourner l’usage initial. Chez elle, pas de pull, de dentelle ou de mantille, mais des sculptures de femmes aux formes opulentes et multicolores. Des sculptures douces et chatoyantes, rassurantes, sensuelles …

Un croisement laineux de Botero et de Niki de Saint Phalle, de Vénus paléolithique et de modèle à la Rubens. Une manière élégante et mutine d’effacer les diktats esthétique d’un corps décharné pour souligner l’opulence et la grâce, la quiétude et l’épanouissement dans le mouvement même d’une chaire tranquillement exultante.

Et plus si affinités

https://www.facebook.com/yulia.ustinova.3

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.