A l’avant garde : !Mediengruppe Bitnik – Jusqu’ici tout va bien – 2016

jusquici

Une salle éclairée de néons roses, surplombant des dizaines d’écrans sur lesquels s’animent à peine des visages de 61 jeunes femmes, masquées comme des hôtesses de maisons closes, et qui interpellent les visiteurs du Centre Culturel Suisse comme on le ferait d’amants de passage : voici l’impressionnante installation baptisée du redoutable titre Jusqu’ici tout va bien, initiée par le !Mediengruppe Bitnik.

Ce duo d’artistes focalise son attention sur le numérique et ses dérives, qu’il exploite à des fins de réflexion et de création. Ici il s’agit d’explorer le hacking du site de rencontres extra conjugal canadien Ashley Madison, tombé en août 2015 et dont les données ont été révélées publiquement par les pirates. Or il s’avère que par manque d’utilisatrices, le site a eu recours à des fembots, des entités virtuelles féminines s’adressant aux usagers comme si elles étaient de vraies demoiselles.

Après avoir analysé ces datas, le binôme Carmen Weisskopf et Domagoj Smoljo a poursuivi le façonnage de ces créatures, chacune désormais dotée d’une identité, de coordonnées, d’un visage. Ce sont elles qui accueillent les visiteurs, étonnés, surpris, vite perdus par ces angoissantes call girls au discours monocorde. Au cœur de la démarche, une mise en exergue particulièrement dérangeante des pouvoirs multiples des machines, avec en ligne de mire la menaçante suprématie de la technologie qui déforme et vampirise les rapports humains.

Ce qui justifie le titre de l’exposition, tirée du film La Haine, et qui évoque une chute libre inconsciente, un suicide social, une explosion à venir.

Et plus si affinités

http://www.ccsparis.com/events/view/mediengruppe-bitnik

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.