A l’avant garde : Mary Kenyon

La semaine dernière nous nous absorbions dans les broderies minimalistes et éclatantes de la russe Vera Shimunia. Aujourd’hui cap sur la Californie et les coquillages peints de Mary Kenyon.

De ses balades le long des plages du Pacifique, elle revient les bras chargés de coques en tous genres qu’elle métamorphose avec patience et talent en bijoux Art Nouveau du plus bel effet. Minimalisme oblige, son trait est fin et précieux, rehaussé d’or et de lumière, ses sujets sont inspirés du XIXeme siècle, du symbolisme, de l’Art Nouille.

La forme même des coquillages évolue, pour devenir un éventail, un peigne à cheveux, une broche alambiquée, qu’une boucle de strass rehausse avec élégance et naturel. Un recyclage aussi poétique que réussi, et qui devrait en séduire plus d’un par sa finesse.

Et plus si affinités

https://www.instagram.com/rtistmary/

https://www.etsy.com/shop/rtistmary

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.