A l’avant garde : Hendrik Kerstens

A l’honneur cette semaine les portraits de Hendrik Kerstens. Photographe autodidacte, cet ex négociant en vin hollandais embrasse sa carrière artistique à la naissance de sa fille. Un tournant majeur qui le conduit à travailler avec le couturier Alexander McQueen ou le magazine Harper’s Bazaar entre autres.

Et à produire ces photographies épurées et ironiques, relecture des maîtres néerlandais du XVIIeme siècle. Un visage de femme se détache de l’ombre, ainsi qu’un col, une coiffe, un bonnet … une ornementation faussement luxueuse puisque taillées dans un sac plastique, du cellophane, des napperons de papier, un livre …

L’art du drapé revu et corrigé à la mode surconsommation, recycl’art expert et précieux de matériaux basiques, insondable, le modèle fixe l’objectif avec un rien de morgue, ce qui accentue l’effet de décalage, le sentiment d’épure, la réflexion sur l’essence de l’ornement.

Et plus si affinités

https://hendrikkerstens.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.