50 Nuances de grecs : l’Olympe sens dessus et sans dessous

Les occasions de se bidonner sont relativement rares par les temps qui courent. Du coup, visionner les deux saisons de 50 Nuances de grecs s’impose presque comme un geste salvateur, un vaccin anti-connerie et la promesse de dissiper la grisaille ambiante pour s’offirer un peu de bon sens et de bonnes crises de rire.

50 Nuances de grecs donc, soit 60 épisodes endiablés qui narrent le quotidien des dieux de l’Olympe, entre histoires de fesses, textos coquins, invasion de Troie et déprime technologique. Le tout signé Jul qui dessine/anime ces sketchs loufoques d’après la BD du même nom, adoptant au passage un trait particulièrement rythmé, entre ornement de poterie athénienne et cartoon crado avec en musique de fond un sirtakis frénétique et bien entêtant.

On est dans la veine du très bon « Silex in the city » … mais un cran au dessus. Franchement ça vaut son pesant de cacahuètes, c’est un excellent moyen de découvrir le panthéon antique … et de réfléchir aux travers de notre société, que ces divinités finalement assez humaines subissent de plein fouet dans une tornade d’anachronismes, entre nouvelles technologies, chômage, célébrité, média, problème d’ego … Double peine donc, et un humour fou !

Bref c’est complètement barré, ça plaira aux adeptes d’Astier, des Kassos et de Caméra café, après les puristes vont en faire une jaunisse mais faut vivre avec son temps. Cadeau bonux, une kyrielle d’acteurs exceptionnels qui prêtent leur gouaille à ces adorables petits personnages, notamment Valérie Lemercier, Alex Lutz, Stéphane Berne, Michel Villermoz, Philippe Torreton, Michel Fau, Guillaume Galienne …

Vous étiez en train de bader ? Vous savez ce qu’il vous reste à visionner !

Et plus si affinités

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-019877/50-nuances-de-grecs/