Rançons – Enquête sur le business des otages : le commerce de l’obscur

couverture du livre Rançons de Dorothée Moisan
Ce n’est rien de dire que l’otage occupe une place de choix dans les événements historiques de ces trente dernières années. Détournements d’avions, kidnappings, enlèvements, éxécutions … la prise d’otage constitue une arme médiatique et politique redoutable dans les mains terroristes. Ce dont témoigne le livre Rançons au travers d’une enquête pointue.

Le véritable enjeu

Cet ouvrage invite à dépasser la portée horrifique de l’acte de rapt et de ses conséquences parfois fatales pour en disséquer les tenants et comprendre le véritable enjeu à l’œuvre : l’argent. C’est cet objectif qui motive les ravisseurs de tout poil, peu importe le combat idéologique dont ils se réclament, et la journaliste Dorothée Moisan s’emploie à le démontrer dans un exposé aussi complet que passionnant.
En trois cents pages d’une écriture vigoureuse et haletante, Rançons relate l’histoire du genre, depuis les heures bénies du grand banditisme des 70’s jusqu’ à ce début de XXIeme siècle. Le procédé s’est géographiquement déplacé dans les zones plus miséreuses et nébuleuses des pays défavorisés où les riches occidentaux constituent des cibles de choix. L’auteure évoque tous les aspects du circuit, allant jusqu’à aborder le kidnapping de chien ou d’œuvres d’art.

Une industrie florissante ?

Positionnement des gouvernements face au paiement de la rançon, techniques des négociateurs, stratégies adoptées par les grandes entreprises à l’international dont les employés sont souvent exposés …  On ne peut faire plus complet ni plus juste. S’informant jusque dans les cercles intimes du pouvoir, Dorothée Moisan établit un tableau très précis de cette industrie florissante et des efforts constants opérées par les gouvernements pour en étouffer les motivations.
A lire avec attention, comme un document d’une grande rigueur, un exposé pertinent, une enquête policière trépidante. Rançons offre la grille de lecture nécessaire pour saisir les dessous de l’actualité : attendez-vous à être vraiment surpris.
Et plus si affinités