Expositions IRL : Vogue et histoire de la mode au Palais Galliera

expositions Vogue et une histoire de la mode - Palais Galliera

Deux expositions sinon rien : quoi de mieux surtout quand c’est au même endroit ! Direction le Palais Galliera, temple dédié à la mémoire de la mode, justifie une fois de plus sa vocation avec deux parcours consacrés à l’histoire de Vogue Paris… et des collections d’un musée rouvert en 2020 après maints travaux. Une mise en regard particulièrement pertinente. Explications.

Exposition « Harper’s Bazaar, Premier Magazine De Mode » : analyse d’une alchimie éditoriale

Vogue Paris 1920 – 2020

Que seraient la mode et l’art sans la presse et les médias ? Avec l’exposition Vogue Paris 1920, le Palais Galliera revient sur une odyssée éditoriale fondatrice. Cette dernière a été initiée aux premières lueurs du XXeme siècle par un groupe de presse international, Condé Nast (du nom de son fondateur, le business man new-yorkais Condé Montrose Nast). Le doyen des magazines fashion à la française témoigne ainsi d’une stratégie de conquête d’une rare efficacité dont il constitue une émanation particulièrement réussie.

Réussie et agile : de décennie en décennie, Vogue Paris a su se réinventer pour coller aux mutations de la société, sans jamais rien perdre de son intérêt ni de son raffinement. Pour preuve, les 1007 couvertures qui accueillent le visiteur, où dominent Catherine Deneuve et Kate Moss, de fait bombardées égéries du magazine. On y devine la régularité et de la solidité d’un média emblématique : suspendue pendant l’Occupation, l’édition reprendra après la Libération, grâce à la pugnacité de Michel de Brunhoff et de son équipe.

À partir de 1945, il s’agit d’appuyer la renaissance économique du secteur de la mode et du marché de l’art. La culture s’infiltre désormais dans les pages du mensuel, distinguant Vogue Paris comme un défricheur de tendances et un révélateur de talents, qu’il s’agisse de photographes, d’illustrateurs, d’auteurs ou de stylistes. Les rédacteurs en chef se succèdent qui collaborent avec de grands couturiers comme Yves Saint Laurent ou Karl Lagerfeld, dessinant l’avenir de la publication et du marché.

C’est tout cela que décortique l’exposition avec force archives, photographies, maquettes, couvertures, vidéos. Une volonté immersive qui place le magazine au centre de l’attention, en valorisant l’objet culturel au cœur d’une scénographie pensée pour questionner le principe de publication, la création d’un magazine de papier à feuilleter qui doit être à la fois esthétique, solide et pertinent.

CinéMode : quand Jean-Paul Gaultier fait son cinéma !

Une histoire de la mode. Collectionner, exposer au Palais Galliera

Si Vogue et ses concurrents combattent pour le présent et le futur, d’autres acteurs interviennent pour préserver le passé : les musées. Le Palais Galliera notamment, totalement rénové afin d’exposer des collections jusqu’alors conservées en réserve et mobilisées pour des expositions éphémères. Une Histoire de la mode. Collectionner, exposer au Palais Galliera marque le lancement d’un parcours permanent longtemps attendu.

Ce dernier croise approche chronologique et lecture thématique du XVIIIeme siècle à nos jours. Pensée pour refléter les problématiques propres à une approche muséale (collection, classement, conservation, restauration, étude), il met en évidence les particularités de chaque période, de chaque tendance, de chaque mouvement de mode tout en questionnant la constitution et la valorisation de la collection en fonction de cet historique de la mode.

La question sous-jacente n’est pas seulement de faire dialoguer des pièces de périodes différentes pour illuminer un fil directeur d’influences et de sources. Il s’agit par ailleurs de se demander comment cette institution s’est positionnée comme un acteur majeur dans la transmission d’un patrimoine d’une rare valeur culturelle et économique. Via les 350 pièces exposées, costumes, accessoires, affiches, photographies et autres, c’est le lent processus de création d’une collection qui est dévoilé.

Depuis le premier don réalisé en 1920 par la Société de l’histoire du costume jusqu’à aujourd’hui avec les acquisitions de la Vogue Paris Foundation, c’est aussi le travail de valorisation effectué via les expositions temporaires qui est mis en valeur. Également une approche inattendue de la mode : les cartons d’invitation aux défilés, les accessoires de mode sous l’occupation, la fragmentation du vêtement au XIXeme siècle, l’essor des marchandes de mode…

Et plus si affinités

Pour en savoir plus et préparer votre visite, consultez le site du Palais Galliera.