Venus Project : sombre making off

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Vente aux enchères bouclée, statues vendues, … le Projet Vénus 2011 touchera à son terme le 26 janvier avec la remise officielle du chèque à l’association Europa Donna. D’ici là, c’est l’heure du bilan pour l’équipe qui s’appuiera sur ces conclusions pour définir l’opération 2012.

Profitant de ce temps de pause, nous nous sommes quant à nous interrogés sur les motivations des artistes qui ont façonné ces bustes. Parmi ceux-ci et c’est complètement subjectif, celui signé des mains associées de Rodolphe Bessey et Joakim.

Le premier est connu pour son travail sur les Vanités et sa connaissance extrêmement pointue du milieu artistique ; le second réfléchit sur le statut de l’animal dans une société dont il reflète la folie. Tous deux se singularisent par des œuvres sombres, violentes, profondément dérangeantes. Et leur Vénus ne fait pas exception qui d’une noirceur funèbre, fait jaillir la maladie comme une morsure.

Exercice de style magistral qui flirte avec le traumatisme visuel tout en disant la vérité de la souffrance sans aucune pitié. A ces deux artistes nous avons posé des questions : pourquoi cette aventure ? cette collaboration ? cette orientation esthétique ? Chacun y a répondu à sa manière, avec pudeur, justesse, enthousiasme, pour expliquer la démarche, le regard, la méthode, le geste artistique.

Regards croisés : quand une complicité artistique se met au service d’une cause.

Rodolphe Bessey

« Kevin de Spacejunk- Lyon est venu m’en parler, il s’est associé avec divers artistes Lyonnais sur ce projet, d’horizons différents ; j’avais déjà bossé sur un buste en plâtre que je n’avais pas finalisé. Je connaissais Joakim et je savais que c’était son « truc » de bosser sur des bustes, des mannequins, qu’il avait un rapport au volume intéressant et qu’il est plus technique que moi quand il s’agit d’utiliser des outils, voire de façonner.

Je lui en ai parlé et proposé une collaboration à deux ! Nous sommes complémentaires ! Ce binôme existe parce qu’on est pote, on mutualise nos savoir-faire et nos compétences. Ensuite nous avons une esthétique assez sombre du monde !

Je ne peux pas parler pour Joakim mais je pense que le cancer c’est violent. On nous avait dit d’être « soft » car la statue devait être exposée dans des hôpitaux, mais on n’a pas pu être « soft », on voulait travestir la statue, la passer de Vénus à un Faune, je voulais faire sortir du sein un monstre, l’idée de la croix est de Joakim … Ensuite il travaille beaucoup avec le noir et le rouge, j’aime le noir !

J’ai travaillé avec un Masque de Faune en latex de Greg le grimeur, on a fait beaucoup d’essais avec divers masques, objets, os etc. Joakim doit avoir les photos, souvent il trouvait ça trop chargé, on a épuré ! Techniquement il a presque tout fait au niveau des découpes et de la peinture. Voilà. »

Joakim

Merci à Rodolphe et Joakim pour leurs réponses.

Photos : Antoine Jimenez

Et plus si affinités

http://www.facebook.com/media/set/?set=a.130854653684284.16594.125974354172314&type=3

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire