Trouvaille Musique : Coeur

Prenez Schlaasss, donnez un bon coup de hache dedans ; d’un côté Daddy Schwartz ira s’égailler avec l’envoûtant duo Lèche-moi, Charlie Dirty Duran quant à elle se transformera en blanche colombe faussement pure pour aller cracher sur les beaux gosses débiles qu’on nous sert comme modèle sentimental à longueur de conte de fées.

C’est le propos de Cœur, action solo mais néanmoins musclée, où Charlie la belle taille en pointe la virgule déjà languissante des messieurs trop parfaits … et surtout l’éducation rose bonbon qui nous les offre comme chemin de vie, éducation que les mères ont le tort d’infliger à leurs rejetonnes avec la conviction bien accrochée de l’atavisme sentimental. Marre de la guimauve : il est temps de remettre les horloges à l’heure ! En rythme et le verbe haut, Charlie conseille dans le très judicieux « Féerie » de se tourner vers le palefrenier qui est mieux gaulé, normal puisque dans « Chrysanthème » elle hurlait son amour à ce putain de prince qui n’en veut pas, bien consciente de se faire avoir mais tant pis, bien fait pour elle, « ferme ta gueule et ouvre la bouche, mon ange » …

Eh oui, le poids des mots, as usual, chez cette possédée en tenue de communiante trop grande que c’en est grotesque, qui évoque une Shirley Manson hexagonale trempée dans le bain à l’acide du slam, une gamine déguisée dans la robe de mariage de maman, celle qui prend la poussière au fond d’un placard, que ça fait belle lurette que maman entre plus dedans, mais bon on la garde comme ses illusions, faut bien faire bonne figure tandis que papa n’en finit plus de ronfler dans son canap’, une bière à la main, quelle déception Tout ceci offre une idée assez juste du registre grinçant dans lequel Charlie bouche en Cœur et le Cœur gros va évoluer dans ses prochaines complaintes.

La dame s’apprête à monter sur scène alone, une étape supplémentaire dans un parcours déjà bien rempli et qu’on va continuer de scruter à la loupe, car il risque fort de tracer une piste durable et sanglante dans un milieu musical où les donzelles ont encore du mal à s’imposer à l’égal du mâle alfa, qui à ce propos devrait garer ses gonades, l’école Schlaasss ayant porté ses fruits dans l’art de manier la lame, verbale ou métallique ! Haut le Cœur donc, car à Cœur vaillant rien d’impossible !!!

Et plus si affinités

https://www.facebook.com/COEUR-1959456347603113/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.