Trouvaille MaMA 2015 : Verveine

11377075_925742124135081_6428279776074639569_n

Autre impression mélodique rapportée du MaMA 2015 : après les coréens de Jambinai, c’est la suissesse Verveine qui nous accapare les tympans avec son electro dramatico-hypnotique. Il suffit d’écouter Anthony son dernier EP pour mesurer le potentiel incroyable de la princesse.


Dark, romantique, fine dans la manière dont elle campe une atmosphère, la demoiselle a l’envergure d’une diva techno, avec en prime un sens aigu de la compo décalée. On retient de son paysage sonore un goût très affirmé pour le syncopé, une ligne vocale qui mêle scande les paroles, les projette comme elle les chante. Et bien sûr le toucher à la fois soyeux et abrasif des synthés qui apportent une distorsion savoureuse à l’ensemble.

C’est une évidence : les créations de Verveine portent une forte tension dramatique, une urgence fatale, chaque note effleure la redoutable présence du destin, l’imminence d’une rupture existentielle, tandis qu’elle se penche sur ses machines comme une ensorceleuse éperdue sur ses filtres et ses envoûtements. Que dire d’autre sinon que le viscéral ici le dispute au rationnel et au construit, pour un effet d’une grande beauté, d’une poésie confinant au maudit.

Et plus si affinités

http://verveine.bandcamp.com/

http://www.creakedrecords.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.