Trouvaille : HerlOk

10623940_986602411356466_347850790961663269_o

Pupilles claires, paupières en amande, cheveux noirs, teint blafard, … HerlOk a tout de ce lendemain de fête ambulant qu’est Lorenzaccio. Héros de Musset ? Cela se pourrait bien … avec sa dégaine pince sans rire, son dandysme nonchalant, Herlok se distance du monde. Et s’en moque.

« Les gens ordinaires » donnent le la de cette raillerie qui ne dit pas son nom. Très seventies dans la sonorité, les mélodies, les thèmes, le ton, HerlOk semble un petit fils de Dutronc, un cousin éloigné des Rebels of Tijuana, un frangin de Askehoug … moins dingo, tout aussi protestataire, mais avec classe, Madame …

1544429_838943962788979_1509247860_n

Son univers se tient, cohérent, tandis qu’il bulle, flottant au dessus de la foule, goguenard. « Il est revenu », « Requiem pour un monocle », « Set et match », son deuxième album, Le K, transpire le plaisir de dire, si possible de manière alambiquée l’étonnement profond doublé d’un soupçon de dédain que lui procure le monde et ses petites barbaries.

« Humanité, humanité, qui te prend pour le centre de l’univers, tu n’es au finish pas grand-chose … et tu devrais en prendre conscience. Si tu ne le fais pas, je vais m’en charger » semblent dire les prunelles malicieuses et désabusées comme celle d’un siamois faussement alangui.

1795505_1046127922070581_2056886308291055411_n

Lorenzaccio donc, qui se serait converti au rock plutôt que de buter son abruti de cousin, cette grosse dinde d’Alexandre, arriviste, histoire de lui piquer la vedette, de canaliser sa hargne timorée dans une musique bien sentie, irisée de synthé psychédélique, dans la récurrence de la rythmique, comme un petit ronron félin … et le pire c’est que ça marche !

En bref HerlOk a un tigre dans le moteur, une envergure certaine, et la personnalité qu’il faut pour prendre l’essor des artistes marquants. A suivre, les prochains opus du monsieur devraient s’avérer saignants, et c’est très bien comme ça.

Et plus si affinités

Pour en savoir plus sur l’univers d’Herlok, rendez-vous sur son site.