Et si vous testiez vraiment votre Q.I.? – Richard Carter : Quid du Q.I.?

9782035928047-001-X_0

Lecture de la semaine : Richard Cater, Et si vous testiez vraiment votre Q.I.? 200 tests ardus pour stimuler vos cellules grises, Larousse 2016, 9,95 €. Je pense (ergo sum) que l’intelligence, ce n’est pas si simple. Pas simple, en tout cas, à mesurer. À quantifier. À la limite, il serait plus aisé de la qualifier. On parle bien, en effet, d’intelligence pratique, ne serait-ce que pour valoriser, comme au bon vieux temps des corporations, le travail manuel – que plus personne ne veut exercer, à une époque où le moindre balayeur de rue pratique, par intermittence, entre deux coups de vadrouille, le jeu vidéo sur son smartphone, pour se distraire, sans doute, tester ses réflexes, c’et probable, mais, également, pour faire travailler ses cellules grises.

Les hommes politiques, c’est un peu pareil. Ceux qui, a priori, seraient les plus géniaux – les mieux formés, les plus diplômés, les prodiges ayant fréquenté les meilleures écoles : Normale Sup’, Polytechnique, l’Éna, etc. – se débrouillent quelquefois moins bien que de simples garagistes comme René Monory ou des titulaires de certificats d’études et de C.A.P. comme Pierre Bérégovoy. Certes, comparaison n’est pas raison et s’il convient de s’interroger sur le bien fondé de tests visant à détecter des surdoués (2% de la population, d’après les statistiques sur lesquelles s’appuie le co-éditeur Mensa), pour ne pas dire des surhommes – on sait que la bourse des bourses, celle qui fait commerce du sperme en Amérique, offre à des tarifs prohibitifs des paillettes congelées issues, nous dit-on, des plus gros cerveaux, voire de prix Nobel –, personne ne contestera l’intérêt des récréations pour l’esprit que sont les énigmes, devinettes, puzzles, déductions, interpolations, extrapolations, etc. qui jalonnent l’histoire de l’humanité depuis l’antiquité, toutes civilisations confondues.

Et si le concept de Q.I. n’avait pour objet que celui d’encourager ces jeux? Autrement dit, de justifier les tests servant à le mesurer? Ce serpent se mordant la queue, une fois torturé ou tortillé, n’est-il pas aussi symbole d’infini? Il nous est arrivé d’en passer par là, par des tests dits d’intelligence ou, en tout cas, psychologiques, ne serait-ce que lors des trois jours qui étaient jadis destinés à recruter/écarter les troufions d’une armée de simples quidams ou conscrits. Les tests, alors, semblaient à notre portée! Tel n’est pas du tout le cas de ceux, à juste titre qualifiés d’”ardus” par leur auteur, Richard Cater, recueillis ou créés de toutes pièces pour cet ouvrage. Nous sommes sans doute trop âgé pour les résoudre (nous avons eu du mal à trouver les bonnes réponses mais en avons tout de même compris les questions, ce qui est déjà quelque chose!) et ne pouvons qu’encourager les jeunes générations et, naturellemet, les amateurs de rébus, de questions mathématiques, de logogriphes, etc à s’y confronter.

Après avoir jonglé avec les pentagones irréguliers, les équilibres instables de triangles, les cubes, sphères, carrés, chiffres, colonnes, diagonales, grilles, blocs, cases, boîtes, patrons, séries de nombres, associations, différences, etc., les lecteurs d’Et si vous testiez vraiment votre Q.I.? n’auront peut-être pas résolu tous les problèmes de leur existence. Mais ils auront la sensation d’avoir repoussé les limites de leur cerveau, et vérifié son bon état de marche. Aussi bien en termes de logique, de raisonnement spatial, de développement conceptuel, de réflexion pure, de spéculation, d’acquisition de connaissances, de compréhension. De géométrie et de finesse, comme disait Pascal.

Et plus si affinités

http://www.editions-larousse.fr/et-si-vous-testiez-vraiment-votre-qi-9782035928047

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.