Sound Central Festival / 2eme édition : mission accomplie

English below

Enfin ça y est, le SCF 2eme édition a eu lieu ! La preuve en images venues direct de l’AFP :


Sources fiables donc, et la preuve que nous ne racontons pas de conneries. Je le précise car malgré nos reports, nous collectionnons les réactions effarées pour ne pas dubitatives de nos interlocuteurs multiples lorsque nous annonçons notre travail commun avec le SCF. Elles continuent de se traduire par les répliques désormais consacrées : « C’est une blague ?! » « Tu déconnes ! » « Vous êtes barrés ».

Merci de nous prendre au sérieux les gars, ça fait chaud au cœur ! Donc une fois de plus et si on pouvait ne pas revenir dessus, ça serait chouette, car c’est un fait désormais acquis, il y a bien une scène Musiques Actuelles en Afghanistan. Travis Beard et sa team se sont chargés une nouvelle fois de l’affirmer au monde, de façon magistrale en proposant trois journées de festoche débridé qui se sont visiblement passées sans encombre.

Tout le monde est intact, les artistes sont arrivés/repartis sans problème ou presque et l’ensemble s’est bien éclaté. Mission accomplie donc et quelques résultats qu’il convient de mentionner :

  • 3 jours de festival dont 1 consacré à la création artistique au féminin
  • 1600 personnes accueillies dans l’enceinte de l’Institut Français d’Afghanistan
  • 27 artistes programmes venus d’Australie, France, UK, Suisse, USA, Mexique, Sri Lanka, Pakistan
  • De nouvelles formes artistiques présentées : film, photo, dance, théâtre, cirque, performance, …
  • Première afghane du film Buzkashi Boys
  • Et la première artiste rap afghane à se produire sur scène en live, j’ai nommé Rameeka & Sasoon

Sans compter le soutien d’ambassades, d’entreprises locales, et une couverture presse à l’internationale (Tracks, Rolling Stones, BBC, The Guardian, …).

Du gros du lourd pour un programme au cordeau :

Jour 1 :

Sur la scène intérieure se produisaient Ariana Delawari, Ruth Owen, Robyn Ryczek, Norma Ferriera et Rameeka, en extérieur sont passées Khalta, Maria Iqbal et Shamsia. Vous l’aurez deviné, le premier jour du festival fut consacré à ces dames, séparation des sexes oblige : artistes et performeuses, orgas, public, presse … il n’y avait pratiquement que des femmes présentes ce jour, qui prirent en main la gestion des choses. Moment fort : la présence d’un groupe de jeunes orphelines de guerre en costumes noirs et voiles blancs dont certaines vinrent chanter sur scène.

 Jour 2 :

La journée la plus marquante en matière de nombre de performances et d’enthousiasme du public. Au programme, le pakistanais Omar Farooq, les groupes White City et District unknown, figures de proue de la scène rock kabouli, ainsi que le Afsana Circus et la team de break dance Face Off, les graffeurs Q Artery et Parwaz Circus.

Jour 3 :

Dernier jour de la semaine (vendredi), il a remporté tous les suffrages avec une prog significative : Paranoid Earthling, venu du Sri Lanka, a prouvé l’existence d’une scène très créative dans une zone post conflit très érouvée ; Ariana Delawari ;  Rameeka and Sasoon, avec Pit Panther Party. Des femmes donc devant un public d’hommes conquis, et une première scénique pour la chanson « Bishnow » (Listen ) composée par Rameeka. Ajoutons à cela l’avant-première afghane  du film de Sam French Bushkazi Boys. Le tout s’est terminé par une presta de face Off et un dj set du duo electro dub System unknown.

 Sans compter les ateliers qui permirent à de jeunes demoiselles d’explorer les possibilités créatives de la musique, et les multiples side shows organisés par les groupes invités de par la ville la semaine précédant       le festival.

Sans pousser, sans choquer, il semblerait donc bien que les choses évoluent. On l’espère du moins, et prions les dieux du rock qu’il y ait une troisième édition en avril. Apparemment c’est bien parti !

Vidéo : AFP

Merci à Travis Beard et Archi pour leurs infos. Merci au SCF pour les photos.

Et plus si affinités

Festival : Sound Central festival : dans les steppes rockeuses d’Asie Centrale

Sound central festival : le parcours du combattant musical

http://soundcentralfestival.com/

 

Finally there it is, the SCF 2nd edition took place! This is the proof coming directly from AFP:

Therefore a reliable source, and proof that we do not tell bullshit. I say this because despite our reports, we collect frightened or doubtful responses from some of our interlocutors when we announce our joint work with SCF, with some replicas like: « Is this a joke?! «  » You’re kidding! » » You’re nuts. »

Thank you guys for taking us seriously, it’s so nice! So once again and if we could not go back on it, it would be great, it is now widely recognized that there is a contemporary music scene in Afghanistan. Travis Beard and his team affirmed it once again to the world, in a big way by offering three days of unbridled events without incident.

Everyone is ok, the artists arrived / departed without problem and all had fun. Mission accomplished and then some results we want to mention:

• 3 day Festival [1st day dedicated to Women]

• 1600 + attendance in total [Largest attendance at Institut Français d’Afghanistan]

• 27 Artists performed [From: Australia, France, UK, Sweden, USA, Mexico, Sri Lanka, Pakistan

• Art included: music, film, photo, dance, theatre, circus, live painting, screen printing, jewellery

• Premiered Afghanistan’s first ever female rap artists: Rameeka & Sasoun, live on stage

• Hosted the Afghan premiere of the film Buzkashi Boys

• Supported by Kabul Embassies, Local Private Sector and Global Companies.

• National and international press coverage was extensive

And a very interesting braodcast:

Day 1:
Ariana Delawari, Ruth Owen, Robyn Ryczek, Norma Ferriera and Rameeka indoor, outdoor Khalta, Maria Iqbal and Shamsia. The first day of the festival was dedicated to ladies, because separation of the sexes: artists and performers, organisation, audience, press … there were practically only women present that day, who took the lead in managing things. Highlight: the presence of young war orphans girls in black suits and white veils, some came to sing on stage.

Day 2:
The most significant day in terms of number of performances and enthusiastic audience. With the Pakistani Omar Farooq, White City and District unknown, figureheads of the rock scene Kabuli and the Circus Afsana and break dance team Face Off, graffiti artists Q Artery and Parwaz Circus.

Day 3:
Last day of the week (Friday) won all the votes with a significant broadcast: Paranoid Earthling, from Sri Lanka, has proved the existence of a very creative scene in a post conflict area; Ariana Delawari; Rameeka and Sasoon, with Pit Panther Party. Women who conquered an audience of men, and a first stage for the song « Bishnow » (Listen) composed by Rameeka. Add to this the afghan premiere of Sam French’s film Bushkazi Boys. It all ended with the show of  Face off and a dj set of the electro dub duo System unknown.

Add to this the workshops that allowed young girls to explore the creative possibilities of music, and several side shows organized by invited groups the week before the festival.

Without pushing, without shocking, it would seem that things are changing. Hopefully let’s pray to the gods of rock there is a third edition in April. Apparently, this is a good start!

 

 

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.