Solution culturelle anti COVID : le concert vertical !

Dans la série « Adaptons-nous à ce putain de COVID », je voudrais le concert vertical. Non pas un concert du groupe nazairien indie-pop Vertical, très intéressant au demeurant, mais dont le son très calme n’aurait peut-être pas convenu à la formule quoi que, quand on veut, on peut. La preuve avec le live pour le moins échevelé donné par les ukrainiens du très rock O.Torvald. A la verticale donc.

Explications ? Le groupe a positionné sa scène en haut d’un immeuble faisant face à l’hôtel Bratislava à Kief. Et dans l’hôtel, répartis sur 9 étage dans 126 chambres, leur public, à raison de quatre fans max par balcon. Qui se sont visiblement bien éclatés, headbangant avec joie en sirotant les boissons qu’ils avaient embarquées avec eux, si l’on en croit certains passages des vidéos immortalisant le live.

Pas de billet en vente, il faut juste s’acquitter du prix de la chambrée, soit une cinquantaine d’euros si l’on en croit les sites de booking. Bon ok, ça ne vaudra jamais un vrai live à l’horizontal, mais ça a le mérite d’exister, et de séduire. L’établissement n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Deux mois ou presque que ça dure ! Green Grey le 7juin, TNMK le 4 juillet, O.Torvald donc … et pour août Piano Boy et Scriaban.

Le concept tend à se généraliser, au Canada, en Espagne … L’objectif est bien évidemment de relancer tant que faire se peut, une industrie musicale complètement étranglée par l’interdiction des rassemblements. C’est aussi un moyen intéressant pour les hôtels de retrouver un semblant d’activité. Bref tout le monde pourrait y trouver sinon son compte, du moins un peu d’oxygène, fans y compris.

A lire également : Solution culturelle anti-covid : ô drive-in multi-disciplinaire, notre sauveur ?

L’idée n’est du reste pas nouvelle. Mais elle était jusque là cantonnée dans le domaine de l’expérimentation. En 2016, Bruxelles accueillait le spectacle agencé par l’artiste Félix Kindermann et les ateliers Claus : les groupes Trio Orion et Spookhuisje avaient joué, chaque musicien placé au balcon d’une chambre, le public en contrebas. Idem en 2019, où Samsung lance la première scène vertical instagramable avec un live en hauteur de Mabel.

Objectif : pouvoir filmer le live conformément aux codes de la plateforme. Avec un objectif marketing évident. « Le partenariat entre Mabel, Samsung et le réseau d’agences créatives Iris a été négocié par la division des partenariats de marques de Globe, l’agence créative d’Universal Music UK. Cette étude s’inspire de recherches montrant que 79% des utilisateurs de smartphones trouvent les vidéos verticales les plus intéressantes » dixit Konbini. Bref un gadget, un petit frisson pour satisfaire les internautes millennials.

A lire également : COVID19  : « rien ne peut arrêter un artiste » ou de la digitalisation agile et nécessaire de la culture

Chouette, sympa, il fallait y être. Sauf qu’aujourd’hui, cette fantaisie pourrait bien offrir une solution au secteur culturel international. A quand des pièces de théâtre, des concerts de musique classique, des ballets, des opéras ? Rien n’est impossible au final pour permettre à tous de continuer à se rencontrer sur la base d’un plaisir de création partagé.

Et plus si affinités

https://liveforlivemusic.com/news/vertical-concerts-ukraine-video/

https://arts.konbini.com/instagram/voici-premiere-scene-de-concert-verticale-adaptee-aux-stories/

https://www.iq-mag.net/2020/07/sheer-excitment-vertical-concerts-entertain-fans-in-ukraine/#.Xx6efmMzZpg