Reflet d’artiste / Turn Steak – Drifting away : Lico nous parle de la video “Engrenage”.

Engrenage from Lico on Vimeo.

Peux-tu te présenter et nous expliquer ton travail ? Quel est ton parcours ?

Lico vidéaste autodidacte et membre du collectif L’improbable.

La vidéo tient une part importante dans mon quotidien tout autant que la musique mais vu que je suis trop timide pour monter sur scène, j’ai choisit d’être derrière une caméra ou bien un banc de montage. C’est tout naturellement (après m’être retiré le long poil que j’avais dans la main) que j’ai commencé à réaliser des clips. Pour les copains tout d’abord et ensuite avec des musiciens d’horizons musicaux divers via internet.

Je ne me restreint pas à un style de musique particulier et reste ouvert à toute proposition. Comme beaucoup j’ai commencé par réutiliser des images d’archive en les remontant. Avec le temps, je me suis écarté de cette technique pour développer un univers plus personnel au travers de techniques d’animations et en tournant mes propres inmages.

Mon parcours…… eh bien, pour commencer je suis originaire du Berry, après des études vite expédiées, j’ai travaillé dans différentes entreprises de restauration rapide, à Fujifilm en passant par la couverture (toits), j’ai aussi été éleveur de sangliers au sein de la Cave40 (http://cave40.org/ ). Après quelques années d’errance géographique, j’ai récemment migré dans une petite bourgade répondant au nom de Marseille.

Avec mon comparse Jérôme Fino, nous avons lancé un élevage de crevette au pastis répondant au nom de L’improbable (cf bas de page). Depuis un an nous sommes actifs sur la scène locale au travers de différentes actions culturelles, avec comme leitmotiv la musique/ le son (video/concert/exposition/édition/ festival Chhhhhut/atelier musicaux/label/radio).

 

Comment as-tu rencontré les Turn Steak ?

Aaaaaahh la rencontre avec les Turnsteak, elle s’est faite à Bourges autour de notre passion commune du sanglier. Après quelques échanges sur le forum dédié à cet animal attachant, nous avons décidé de nous rencontrer lors d’un des nombreux colloques que l’on organisait à l’époque dans la cité berruyère. Ils ont répondu à notre invitation et depuis nos routes se croisent régulièrement.

 

Comment avez-vous procédé pour élaborer le projet (choix des images, rythmique de la projection, distorsion, synopsis…) ?

Déjà il a fallu pas mal de café condition sine qua none avant d’entreprendre quoi que ce soit. Ensuite comme souvent, je discute avec les musiciens pour savoir ce qu’ils ont en tête concernant le morceau à illustrer. Après avoir dégagé des axes de travail ensemble je me mets au boulot. Pour les questions techniques, je garde généralement une liberté totale.

 

Pourquoi intégrer des images subliminales, appelées à jongler avec le subconscient du spectateur ? Est-ce une volonté artistique ou un simple délire créatif entre potes ?

Certes ce clip bombarde le spectateur d’images mais pas plus qu’une page publicitaire. Je ne pense pas que l’on puisse appeler cela des images subliminales. La vélocité du montage est voulue. J’ai utilisé uniquement des gif trouvés sur le net ce qui a conditionné le rythme étant donné qu’un gif est une boucle relativement rapide. Ces images venant d’univers différents, avec des grains/textures disparates me semblaient correspondre à la musique développée par les Turnsteak. C’est un choix assumé et aussi une contrainte que je me suis imposé de monter avec ce genre d’image.

 

La vidéo d’ « Engrenage » est très sombre et mêle des images violentes et macabres, dérangeantes. Pourquoi ce choix esthétique ? Que voulais-tu apporter au morceau avec cette identité visuelle ? Quelles ont été tes influences visuelles et picturales ?

Effectivement, il y a des images violentes/macabres et peut-être dérangeantes mais le grandguignolesque n’est jamais bien loin. De plus, je ne trouve pas qu’elles prennent le pas sur les celles plus coquines, poétiques et abstraites. Je voulais me rapprocher d’une certaine idée du cinéma soviétique, en niant totalement le côté narratif du montage afin que le spectateur donne du sens aux images par lui-même sans être orienté vers une idée précise de ma part. La preuve en est que tu as retenu les passages violent/macabres et dérangeants et pas les autres. Je pense qu’ici je peux citer comme référence Dziga Vertov et son fameux Homme à la caméra. Dans la vidéo, on retrouve également des images de Kenneth Anger, Nosferatu de Murnau, Twin Peaks la série ainsi que d’autre que je vous laisse le soin de reconnaître.

Plus globalement, je peux citer en référence Ladislas Starevitch, Svankmajer, Norman Mc Laren, Phil Mulloy, Piotr Kamler, Mauricio Kagel….et bien d’autres encore.

 

Cette esthétique change résolument de l’univers habituel des Turn Steak. Que vouliez-vous apporter avec cette new touch ?

Personnellement mes choix esthétiques ne tiennent pas compte de ce qui a déjà pu être fait en video autour de Turnsteak. Non pas que je dénigre le boulot de Julien, bien au contraire. Juste, j’essaie d’adapter mon univers aux projets qui me sont proposés. Je ne suis pas sûr qu’il y ait une volonté « marketing » derrière cette collaboration. Je dirai que cette vidéo a plus avoir avec l’humain et les relations amicales que l’on entretient avec Dams et Fx depuis quelques années…en plus je suis relativement bon marché question rémunération….

 

En quoi ta vidéo peut-elle être qualifiée de « glitch » visuel ?

Je ne sais pas si cette vidéo peut répondre au terme de glitch. Pour moi le glitch est l’utilisation de défaillances informatiques dans un but précis (musique/ terminer un jeu video plus vite). Or je n’ai fait aucun travail de la sorte sur mes rushes, je me suis juste borné à agencer du mieux possible des éléments visuels en fonction d’un musique.

 

Mise en place de l’interview : Delphine Neimon / Elliot Emery


Merci aux Turn Steak, à Julien Appert, Lico pour leur temps, leurs réponses.

Merci également à Benoît Joubert de Aimez-vous Brahms ? pour ses explications.


Et plus si affinités

Lico :     http://liconaute.wordpress.com/

http://vimeo.com/liconaute

L’improbable : http://limprobable.net/

http://www.facebook.com/pages/Limprobable/158946690809963

http://vimeo.com/limprobable

 

Reflet d’artiste / Turn Steak – Drifting away : glitching with sharks !!!!!!

Reflet d’artiste / Turn Steak – Drifting away : les Turn steak en parlent !

Reflet d’artiste / Turn Steak – Drifting away : Julien Appert revient sur les vidéos du live.

Reflet d’artiste / Turn Steak – Drifting away : Lico nous parle de la video “Engrenage”.

 

http://www.culture.youvox.fr/De-prime-abord-Turnsteak-les.html

Printemps de Bourges 2011 Part 16 : Turnsteak, autopsie d’un live en Découverte

Marsatac 2011 / Les dessous d’une émeute musicale : la question de l’espace

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.