Les Plateaux de la Briqueterie 2017 : Adorabilis, objet chorégraphique non identifié ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

La semaine dernière avait lieu la 25ème édition des Plateaux de la Briqueterie, à la Briqueterie CDCN du Val de Marne de Vitry sur Seine. L’occasion pendant trois jours de découvrir de nouveaux spectacles, des chorégraphes émergents et d’autres connus et reconnus sur la scène chorégraphique internationale. The ARTchemists a pu assister à la deuxième journée de ces Plateaux riches en propositions.

Jonas & Lander, Adorabilis, 2017, danse contemporaine © Paulo Pacheco

En ce vendredi ensoleillé, c’est le tandem Jonas-Lander qui démarre cette journée de danse. Avec leur spectacle Adorabilis, ils nous plongent (et c’est peu de le dire) dans un univers fantasmagorique, ou pas ?, aux personnages proches de ceux du peintre Jérôme Bosch. Jonas Lopes, Lander Patrick et Lewis Seivwright incarnent une espèce de mollusque, l’Adorabilis, ayant pour qualité de se déplacer presque uniquement en groupe, tout en faisant des mouvements synchrones. Le torse nu, des chaussettes roses aux pieds, serrés dans un leggings décoré de motifs noir et blanc, le visage légèrement transformé par une sorte de bas résille, ils évoluent la plupart du temps, c’est selon, sur la pointe des pieds ou à quatre pattes. Le geste précis rappelant parfois le voguing, l’Adorabilis explore l’espace et ses hauteurs.

Tels des rituels dansés, le trio invente postures et gimmicks créant ainsi une grammaire propre à ce poulpe, semblant jouir par là-même en permanence du mouvement qui les anime. Il y a du jeu chez ce mollusque à l’œil géant régissant les faits et gestes de ses tentacules. Ou peut-être d’autres choses ? Ce trio créé par Jonas et Lander amuse, interpelle, étonne et pourtant malgré ces qualités, il est difficile de saisir le chemin qui le meut. Quelques instants de folie poétique émergent mais sur la durée du spectacle, ces derniers se délitent et se perdent. L’univers artistique et l’imaginaire des deux chorégraphes Jonas et Lander sont foisonnants mais pas toujours lisibles. Peut-être faut-il prendre Adorabilis comme un objet chorégraphique non identifié ? Et se laisser traverser, sans autre attente.

Et plus si affinités

http://www.alabriqueterie.com/fr/les-plateaux/agenda/91-les-plateaux/agenda/les-plateaux-2017/1495-jonas-lander.html

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire