La Place : le hiphop en majesté

la-place

Il n’y a pas de hasard. Je viens à peine de boucler le visionnage de la cultissime série The Get down que la Place ouvre ses portes. Par cette inauguration en fanfare, le hiphop, qui à l’aube des 80’s relevait de la rébellion la plus violente est désormais officiellement intégré dans le patrimoine culturel français. Certains y verront une perte de l’esprit contestataire initiale. Mais en sortant des quartiers pour s’ancrer sous la toute neuve Canopée, ce courant culturel fort renoue avec ses racines, quand il prit son essor dans les couloirs du Forum des Halles, les rues du quartier de Châtelet.

Aux commandes du projet un pionner du genre et non des moindres : Jean Marc Mougeot s’est épanoui par le hip hop et le rap ; danseur émérite, il a initié plusieurs médias spécialisés, des événements, puis L’Original, festival lyonnais considéré comme un incontournable en la matière. Autant dire que La Place, il en rêvait, et c’est avec la dernière énergie qu’il se lance dans cette longue bataille, aujourd’hui gagnée.

https://dai.ly/x4ue2j2

Car les 400 mètres carrés de La Place ont vocation à revenir aux sources pour marquer un tournant et non des moindres. Salle de concert, studio d’enregistrement, ateliers de streetart et de vidéo, de danse et de graff, il s’agit d’offrir une plateforme de production et de formation multiple aux formations émergentes, souvent à différents niveaux de mutation. Par ailleurs un incubateur permettra à ces projets de devenir des entreprises solides et viables.

Du coup c’est une économie culturelle qui va prendre racine dans ces murs, en dehors des systèmes opaques qui gèrent encore trop souvent la production hiphop, cloisonnant le genre dans un rapport délétère avec la délinquance. Fruit d’un partenariat visiblement fertile entre la mairie de Paris et le Conseil départemental de Seine Saint Denis, La Place fait voler les murs des ghettos en éclat, en offrant un spot défini au coeur de la capitale.

Cette localisation prestigieuse est à elle seule une petite révolution. Quant à l’âme du hip hop avec un Jean-Marc Mougeot à la barre, secondé par des figures tutélaires du genre comme Agnès B. présidente de l’association ou Mark Gore, en charge de Canal 93, SMAC de Bobigny impliquée depuis des lustres, peu de risques qu’on en perde l’essence.

Et plus si affinités

http://laplace.paris

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.