Phèdre ! La précision d’un Profil Hatier, l’humour d’un Gaston Lagaffe

28 mai 2020 : le ministre de l’éducation annonce l’annulation du bac de français, pour cause de COVID. Ah merde ! Mais c’est qu’on avait envie d’y aller ! Surtout après avoir vu Phèdre ! Avec un point d’exclamation !

Faut le faire quand même ! En une heure trente de seul en scène, Romain Daroles, décortique la tragédie racinienne par excellence, avec la précision d’un Profil Hatier et l’humour d’un Gaston Lagaffe. Sur scène, une table, dans la main un exemplaire de Phèdre !, en bouche le texte de François Grémaud, par ailleurs metteur en scène de cette analyse déjantée d’une des plus belles pièces du répertoire classique.

Déjantée donc mais efficace : l’auteur repositionne les monstrueuses amours de la reine d’Athènes, épouse de Thésée, dans son contexte mythologique, avant d’en explorer les tenants et les aboutissants, les alexandrins magnifiques. Et les dérives, qui ne manquent guère et que Daroles ne se prive pas de souligner avec malice. Initialement le texte a été écrit pour être joué devant des lycéens. Cela aurait été pitié de le parquer dans ces limites pédagogiques.

Car il faut avouer que c’est un pur régal, et une manière aussi originale qu’efficace de donner à voir la beauté, l’incroyable ingéniosité de l’écriture racinienne, redoutable mécanique de poésie, autopsie des passions, et polar en puissance. On appréciera du reste l’interprétation particulièrement dynamique d’un Romain Daroles qui passe d’un personnage à l’autre en une fraction de seconde comme un véritable caméléon avec pour seul accessoire un livre qui devient barbe, couronne, armure …

Et une faconde toute marseillaise (clin d’œil à Oenone), une émotion à fleur de peau qui le fait surfer sur l’humour comme sur le désespoir. Bref, on a adoré, et on en vient à se demander si tous les cours de littérature ne devraient ps se passer ainsi.

Et plus si affinités

https://www.theatre-contemporain.net/spectacles/Phedre-22659/ensavoirplus/idcontent/104846