Optraken – Galactik Ensemble : poétique de la chute et de l’inconfort

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Optraken, nous dit la feuille de salle, c’est : « En ski, mouvement rapide de repli des jambes sous le corps permettant un saut contrôlé pour éviter un décollage intempestif au passage d’une bosse ou d’une rupture de pente. » Optraken c’est aussi le nom choisi par le Galactik Ensemble pour leur spectacle joué actuellement au théâtre le Monfort et prochainement partout en France.

Le Galactik Ensemble réunit cinq circassiens : Mathieu Bleton, Mosi Espinoza, Jonas Julliand, Karim Messaoudi et Cyril Pernot, qui se sont rencontrés il y a plus de dix ans au sein de l’ENCAR, l’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois. Issus d’une même formation donc, mais travaillant avec différentes compagnies et collectifs, ils se retrouvent pour un spectacle réjouissant, plein d’humour, de philosophie et de poésie.

Sur le plateau, de grands panneaux en bois noirs vont et viennent, laissant apparaître et disparaître les interprètes sur un rythme régulier qui parfois s’accélère. Une vraie valse se danse devant nous, sans jamais nous donner le tournis. On pourrait rester des heures à regarder ce ballet d’humains et de structures roulantes, qui surprend en permanence. A la fois manipulateurs et manipulés, les cinq circassiens composent une partition qui se joue au millimètre avec beaucoup de légèreté et d’humour. Les structures se retournent sans qu’on s’y attende, tout en continuant leur ballet, et nous voilà dans les coulisses de ces magiciens du corps.

Les limites, l’Ensemble Galactik s’y confronte en permanence. Les lignes sont continuellement déplacées, redéfinies. Tous se confrontent aux éléments avec une forte envie de jeu. Les situations qu’ils subissent paraissent désespérées et pourtant chaque fois l’espoir surgit. L’indéfectible capacité d’adaptation de l’être humain est mise en avant. Optraken est une ode à la faculté de ce dernier de s’inventer, de créer de nouvelles formes de vie, de nouvelles manières d’être et de faire. Que ce soit face à des boules de papier mâché, à des balles de tennis, à ce qui ressemble à des sacs de farine, à des pots de fleurs, à des micros et à bien d’autres choses, chacun cherche à garder sa place et à trouver une forme de confort dans l’inconfort le plus total. Personne ne joue à faire semblant.

Chaque événement qui arrive perturbe l’espace, le corps, le rapport aux autres, et redistribue les cartes dans l’immédiateté. Tout se joue au présent. Et même si l’on sait que chaque soir la plupart des choses se rejouent, l’écriture étant indispensable pour millimétrer chutes, impacts, contacts, on perçoit cette acuité des corps et des regards, cet investissement sans faille des cinq circassiens permettant aux accidents permanents de bouleverser l’environnement et par là-même de redéfinir le monde. Optraken met en scène des actions simples, perturbant espace, temps et corps, et créant par là-même de multiples interrogations sur nos façons d’être au monde, d’être dans le monde et d’être le monde.

Mathieu Bleton, Mosi Espinoza, Jonas Julliand, Karim Messaoudi et Cyril Pernot déploient avec ingéniosité et malignité leur créativité. A la fois auteurs et metteurs-en-scène, les cinq artistes révèlent des personnalités singulières dont la complicité réjouit, quelle que soit la situation. En plus de nous interroger sur le monde, de nous faire sourire et rire, de nous faire peur (la prise de risque est toujours présente), Optraken a pour autre qualité d’attirer l’attention sur la force du collectif. L’Ensemble Galactik est tout à la fois créateur, objet, personnage des différentes situations inventées. Ces dernières sont souvent propices au questionnement et à la mise en abîme de solitudes.

Comment rester debout quand le sol se dérobe sous vos pieds, comment ne pas tomber sous le poids de plaques d’aggloméré, comment prendre la parole quand les mots manquent ? Autant de questions auxquelles ils répondent collectivement avec curiosité et générosité. Dans Optraken la poésie est omniprésente. Elle émane autant des situations créées que de la présence de ces cinq artistes. Une occasion de jubiler à ne pas rater.

Et plus si affinités

http://www.lemonfort.fr/programmation/optraken

https://www.facebook.com/galactikensemble/

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire