Notes d’encre III « En scène » : HEY la Cie ! raconte l’histoire du Grand Tatoué

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

10620765_678007658962874_2043121976805464899_n

Et ce n’est pas mince affaire que de cerner les contours d’un mythe, alimenté des années durant par les bonimenteurs des foires du monde entier. Car dans la famille du cirque et du side show tel que Barnum en a dicté les principes, le Grand Tatoué est une figure centrale, respectée et crainte a la fois, légende vivante, aux origines aussi complexes que les dessins qui ornent son anatomie.

10690018_678007675629539_7930649337143530188_n

Et ne comptez pas sur HEY La Cie ! pour percer ses secrets à jour. Plus Mr Djub nous détaille le destin des différents détenteurs du vénérable titre tandis que Rosita la ténébreuse s’active derrière ses gramophones, plus le mythe s’épaissit. Vous aurez reconnu Anne et Julien, qui dans les entrailles du théâtre Claude Levi Strauss s’empressent de pulvériser avec bonheur tout le travail de mise à plat effectué à l’étage du dessus, sur le parcours thématique de Tatoueurs Tatoués.

10458882_637234489706858_5045777829095002276_n

Et ce n’est que bonheur car ce faisant, ils restituent toute la poésie de cet univers, toute sa créativité, son incroyable richesse qui nous apparaissent dans un halo d’encre chaude. Théâtre, cirque, conte, photographie, cinéma, outre la science médicale, le tatouage a mobilisé tant d’imaginaires et d’énergies, tout d’abord ceux de ces aventuriers qui conquirent la gloire en explorant/exposant leur corps après avoir parcouru les mondes.

10341554_623696871060620_5957377080258866709_n

Constantinus le turc, OMI le britannique, … ils apparaissent comme les grandes stars de ce monde interlope où les belles acrobates deviennent femmes araignées, dont les pattes longilignes s’étalent sur la plaquette graphique de Ludovic Debeurme, dessinateur convié à venir animer les tableaux successifs de cette pantomime farfelue et mutine. Oxygène de l’Histoire qui s’écrit avec futilité, Notes d’encre n’a pas l’aura sombre qui nous avait giflés durant le spectacle illustrant l’exposition Hey !

10616653_678007798962860_3088728205691137760_n

Même la possession diabolique qui frappe Constantinus, incarné un instant par Yannick Unfricht, se veut cocasse et environnée de chimères dessinées comme sur une peau, mouvante sur le derme de la feuille. Crayon, mine de plomb, feutre, la plume de Ludovic s’agite sur l’écran pour nous rappeler que tout ceci est histoire de pigments, une étape supplémentaire de la voluptueuse et si dérangeante Saga des Arts. Une projection, un désir, un rêve.

10341412_623696934393947_2445595668713123871_n

Prochain chapitre de ce vivant catalogue d’exposition, « Fatalitas » nous entraînera dans les bas fonds du tatouage populaire et carcéral, art brut qui scarifie autant qu’il marque, dont les grands tatoués sont issus pour certains, sublimant ainsi cette portée contestataire. Suivront « Au port », « Motifs rois » et ‘Global tatoo » qui concluront ce voyage merveilleux, drôle et polémique a la fois.

10300225_626847844078856_4232551149856251639_n

Car Notes d’encre sonne par certains aspects comme ces redoutables Fleurs du Mal qui ont changé à jamais le visage de la poésie. Volontaire ou non, c’est le corps qu’on marque, qu’on camoufle et qu’on embellit, effaçant les frontières d’une nudité obligatoire dans le rapport exhibé/voyeur. Il convient de le rappeler à chaque vrombissement d’aiguille éraflant les disques anciens comme on pique les membres dévoués au marquage tandis que crachotent les mélodies délicieusement vieillottes de l’orgue de Barbarie.

10553408_651533771610263_1371729368795979804_n

Photos : Zoé Forget

Et plus si affinités

https://www.facebook.com/heylacie/timeline

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/spectacles-et-concerts/spectacles-2014-2015/notes-dencre.html

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire