Mommy dead and dearest : à maltraitance maltraitance et demi ?

Juin 2015 : Dee Dee Blancharde est retrouvée morte, poignardée dans son lit. Sa fille a disparu. Problème : la jeune Gypsy est leucémique, handicapée moteur, attardée mentale … ses problèmes de santé se comptent par dizaine. Elle a probablement été enlevée par l’assassin … ou pas. Très vite la demoiselle est retrouvée ainsi que le meurtrier avec qui elle s’est enfuie. Valide, en pleine forme, sur ses deux pieds, complètement déconnectée de la réalité. Et visiblement matricide.

Les enquêteurs médusés vont vite comprendre que cette adolescente n’a jamais été malade, que c’est sa mère qui la soumettait à pareil traitement, un cas de maltraitance épouvantable, étalé sur presque vingt ans, et auquel la gamine n’a pu échapper qu’en la tuant. De cette histoire atroce, Erin Lee Carr a tiré un documentaire intitulé Mommy dead and dearest produit par HBO. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que son récit est glaçant. A tous les niveaux.

Syndrome de Münchhausen par procuration

Le profil de la mère déjà. Parfaite image de la génitrice protectrice, angélique, modèle d’abnégation qui fait tout pour épauler son enfant en souffrance, que tous soutiennent moralement et financièrement, qui fait de sa gosse une vedette des réseaux sociaux, la mettant en scène pour mieux la faire accepter ? Ou pour capter l’empathie publique et s’en servir ? La dame, on l’apprend au fil des interviews, est une adepte de l’escroquerie et du vol, elle aime briller malgré un physique ingrat, elle manipule son entourage, laissera sa mère âgée mourir de faim … Et tous dans sa famille le savaient. Personne n’a réagi.

Elle va pourtant torturer sa fille, la soumettre, la contraindre, l’enfermer dans un état de mineure perpétuelle. Un cas typique de syndrome de Münchhausen par procuration, où le parent engendre la souffrance physique de l’enfant pour montrer à la société comment il sait bien s’en occuper et recueillir l’admiration alentours. Même le père de Gypsy, écarté, n’y verra que du feu, idem pour le corps médical qui ira jusqu’à opérer cette fille à maintes reprises pour lui poser sonde gastrique et autres saletés du même genre. De vidéo en photo, de textos en témoignage, le chemin de croix de Gypsy se dessine, horrible. Son isolement. Sa vengeance.

Bon sang ne saurait mentir ?

Car le meurtre qu’elle va comploter avec son amant virtuel fait à la fois office d’échappatoire, de sacrifice et de règlement de compte avec la mère bourreau. C’est du reste à ce stade qu’on atteint une nouvelle dimension dans le sentiment de malaise profond produit par cette enquête. Du fond de sa prison, la jeune fille raconte, entre rires et larmes, avec nervosité, tendue, le calvaire certes mais aussi la maturation du matricide. Et la question se pose : a-t-elle été manipulée par cet amoureux virtuel rencontré sur les réseaux sociaux chrétiens et qui va progressivement révéler un visage de psychopathe dans son envie de violence et de sexe ? Ou a-t-elle amené cet individu visiblement dérangé à commettre l’irréparable ?

« Bon sang ne saurait mentir » dit le proverbe ; Gypsy a été à bonne école en matière de retournement de cerveau, pendant dix-neuf ans elle a vu sa mère enfumer son entourage. Consciente ou simplement influencée ? C’est la question, parallèle à celle posée par l’inertie du système, le manque total de contrôle sur pareille situation. Sans jamais critiquer ni prendre parti, la réalisatrice amène le spectateur à s’interroger sur la complexité de cette relation affective, les rouages pervers de l’abus, la démesure de ce syndrome si difficile à cerner, l’impact qu’il a pu avoir sur la victime. Gypsy sortira de prison dans dix ans. Elle aura 32 ans. Qu’en sera-t-il alors de sa santé mentale ? De sa réinsertion ? Comment portera-t-elle ce fardeau ?

Et plus si affinités

https://www.hbo.com/documentaries/mommy-dead-and-dearest

https://mommydeadanddearest.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.