Marsatac a 15 ans : know future !

De tous les slogans graffités sur l’affiche, c’est celui-ci qui a accroché notre regard. Car il résume en deux mots la ligne de cette édition 2013. Une édition à succès :

  • 30 000 spectateurs, 11 jours de fiesta, 6 soirées complètes, 80 concerts
  • 7 lieux investis entre Nîmes et Marseille dont une église (l’église Saint Cannat qui accueillit le set de Aufgang et Carl Craig),
  • 1000 pros + journalistes accrédités, avec diffusion de certains concerts sur Arte Live Web.

Et toujours une prog vaste, dense, et variée qui convoque toutes les tendances musicales, artistes confirmés (Vitalic, Sexy sushi, Laurent Garnier, Squarepusher, The Black Angels, …) et émergents (Oniris, Juveniles, JC Satan, Andromakers, Dissonant nation, Zeller, …) confondus en un line up équilibré et faisant sens.

Avec pour cette année une spécificité assumée : capitale culturelle européenne oblige, mettre en avant des artistes marseillais tels Nasser, Husbands, Anticlimax, La Dame Noir, et ainsi affirmer l’existence d’une scène phocéenne vivante, créative, organisée et porteuse. Les professionnels du secteur ont su apprécier, présents et fidèles au rendez-vous pour savourer ces fruits variés et succulents.

Ajoutons-y une incursion réussie dans l’univers du cinéma avec deux salles investies, l’Alhambra et les Variétés, pour trois dates et les projections de Mother City blues, Lookin’4galt, ou Mars#Melody du reste dédié à la scène marseillaise évoquée plus haut. Le tout en déterrant/détournant les slogans contestataires des 70’s comme emblèmes de cette édition anniversaire et vous constaterez que le festival pousse ici ses pions pour se positionner un peu plus en force sur l’échiquier culturel marseillais.

Non sans mal mais avec moult convictions dans cette cité ouverte à l’Europe via son élection comme capitale culturelle continentale. Et les events de Marsatac de se retrouver parachuté en grande partie dans ce quartier Euroméditérranée en totale mutation, pénétrant, outre les Docks des Suds, le Silo, faisant ainsi miroir et écho au FRAC Paca et au complexe du Mucem, inaugurés cette même année. Tout un symbole qui place Marsatac au même niveau que des projets culturels d’envergure nationale.

L’équipe du festival en a du reste tout à fait confiance comme en témoigne notre entretien avec Dro Kilndjian, le directeur artistique, avec qui nous sommes revenus sur une année de travail et d’orientations, de choix, de luttes aussi. Autant d’investissements qui tracent l’avenir :

Marsatac 15eme : rencontre avec Dro, le directeur artistique by Delfromtheartchemists on Mixcloud

Merci à Dro pour son temps et ses explications.

 

Et plus si affinités

http://www.marsatac.com/