Mariage Royal : la tradition utile ?

AFP PHOTO / THE DUKE AND DUCHESS OF SUSSEX / ALEXI LUBOMIRSKI 

Ce Samedi 19 Mai 2018, on ne pouvait pas vraiment rater le mariage entre Meghan Markle, actrice américaine métisse et divorcée, et Harry, orphelin de lady Di, bachelor rebelle et attendrissant rejeton de la famille royale britannique. Moi, c’est surtout parce que Princesse malgré elle est une de mes références cinématographiques favorites que j’étais devant la télévision, et aussi un peu beaucoup parce que les couvre-chefs qui défient la gravité m’ont toujours fascinée. Mais tout ceci ne suffit pas à expliquer les 8 millions de français, qui, comme moi, ont suivi les réjouissances. Alors : d’où vient cette fascination ?

L’incroyable popularité des Royals

Il va sans dire que la communication politique est beaucoup plus compliquée à gérer lorsque l’on est une famille royale. Ce ne sont pas les « aptitudes » ( une réputation sans tâche principalement) qui assurent une légitimité au pouvoir ; c’est le sang, l’hérédité. Aussi, la pression médiatique s’exerce dès la naissance. Les scandales qui ont frappé la plus vieille monarchie du monde n’ont néanmoins jamais suscité de soulèvement populaire assez puissant pour remettre en cause sa légitimité et son influence. La vente des services à thé à l’effigie des Royals est toujours stable. Ouf.

Une performance impressionnante quand on visualise les fluctuations frappant la côte de popularité des différentes figures politiques partout dans le monde. Souvent rattrapés par quelque méfait, avant, pendant ou après leur prise de fonction, les dirigeants planétaires suscitent rarement une loyauté sans faille et aussi peu controversée chez leurs concitoyens. Peut-être est-ce parce que la population britannique voit grandir ses princes que la politique a une telle dimension affective dans ce pays ?

Le décès de Diana a suscité une vague de compassion à travers toute la planète, qui nous émeut encore aujourd’hui. La reine avait alors refusé de partager le deuil de ses sujets, et le doute subsiste encore quant aux circonstances exactes de sa mort. L’union du prince Charles avec Camilla a aussi fait polémique, et les soirées (trop) alcoolisées de ses fils adolescents ont alimenté quotidiennement la presse à scandales. Mais si les membres de la famille royale ne jouissent pas d’une histoire sans tâche (remember le Duc de Windsor et sa Wallis), ils demeurent des humains qui commettent des erreurs, auxquels il est sûrement plus facile de s’identifier qu’on aime pardonner.

La modernité au cœur de la monarchie

Les tabloïds anglais s’épanchent sur les moindres faits et gestes des membres de la famille, de manière moins solennelle qu’à l’époque du couronnement d’Elisabeth II, bien évidemment. Protégés de ces média pendant leur adolescence, les princes semblent s’être désormais parfaitement acclimatés à cet intérêt de la presse populaire. En tant que futur roi, William, dont la vie de famille ferait pâlir de jalousie tous les auteurs de comédies romantiques, a de nombreux devoirs … et une marge d’erreur très limitée sur le devant de la scène médiatique. Il semble avoir choisi la parfaite épouse pour l’aider dans cette tâche. Ce n’est pas le cas de Harry, dont le statut dans la hiérarchie royale a favorisé un mariage avec une américaine.

Sans être dans l’intimité de Buckingham Palace, il est légitime de penser que la reine n’a pas fait péter le champagne en apprenant la nouvelle. Mais elle aussi se modernise avec humour : à 92 ans, la souveraine s’amuse à donner raison aux sondages effectués par les bookmakers en arborant un ensemble vert pour les épousailles. Elle revient aussi, dans un entretien plein de malice sur la cérémonie de son couronnement de 1952, diffusé sur France 2 après la cérémonie. On connaissait la femme de pouvoir et d’honneur, la retenue qui la caractérise, on apprécie son sourire quand elle conte son mal de cou sous le poids de la couronne.

Ce qui marque dans la communication royale nouvelle génération, c’est cette spontanéité, celle qui choquait à l’époque de Diana, et que ses fils ont su perpétuer. On a vu William en duo avec Taylor Swift, Harry jouer au foot et rater son porridge en Afrique … Ces scènes désormais cultes sont un véritable pont doré au-dessus du fossé des classes sociales. Pas de doute, la famille royale sait mêler style et simplicité avec cette touche d’humour so british qu’on adore.

Utiliser son influence pour faire le bien 

On ne compte plus le nombre d’associations caritatives, de fondations, de subventions créées par les Royals. Tout commence à l’époque du prince Philippe, dont le pouvoir était largement limité, son statut étant celui de mari de la reine (cf l’excellente série The Crown). Il a cependant démocratisé les terrains de jeux d’enfants dans tout le pays et créé WWF. Le Prince Charles, a fondé en 1976 le « Prince’s trust », et est aujourd’hui un des plus grands entrepreneurs du monde. Harry poursuit le combat de sa mère contre le Sida, William a créé une fondation pour les sans-abris.

L’aide aux plus démunis est aujourd’hui une valeur centrale de la monarchie britannique. Alors oui, on se doute bien que c’est nécessaire à leur image et que ça fait partie de leur communication. Et alors ? Au fond, les millions de personnes qu’ils ont aidées à travers le monde, les projets portés sont bien réels. La joie et l’espoir qu’ils apportent dans leur pays et en dehors aussi. Dans un autre registre, on a beaucoup entendu parler du sermon du révèrent Curry. Il a pu décevoir ceux qui pensaient piquer du nez pendant la cérémonie. On a assisté à un discours plein d’énergie et de conviction, sur l’entraide et le pouvoir de l’amour.

J’ai bu ses paroles devant mon écran, obéissant religieusement lorsqu’il demandait de bien réfléchir aux implications de ses phrases, à la transformation de la société qui pourrait en résulter. Et j’ai pensé aux millions de gens partout dans le monde qui vivaient la même scène que moi. J’étais là pour critiquer les tenues des convives, scruter les célébrités invitées … et j’ai pris une leçon de vie en pleine poire. La communication royale est parfaitement contrôlée certes, mais elle n’en reste pas moins une source d’inspiration pour toute la planète.

Donc oui, la communication royale et ce genre de cérémonies sont réglées comme du papier à musique. Mais avec toujours une touche d’humanité, de modernité et de spontanéité qui change tout, et qui assure aux Royals de belles années à régner sur leur pays, et dans le cœur de toute l’Angleterre.

Et plus si affinités :

https://www.youtube.com/watch?v=BnjK1OvUMW0 « Le business du cœur »

https://www.youtube.com/watch?v=W–AN_slcnM « the Queen »

https://www.youtube.com/watch?v=ej4b2y28rq0 « Le mari de la reine »

La cérémonie sur France 2 : « Elisabeth II, Histoire d’un couronnement » sur France 2

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.