Making of – Xavier Durringer : car réaliser un film est une activité psychopathe et énergétique …

C’est du moins l’expérience éprouvante que Corso, cinéaste de son état, va vivre sur le tournage de son nouveau film, avec toute son équipe. Des fidèles, qu’il balade de set en set depuis des années, à mesure que son talent s’étiole, que sa vie fiche le camp. Mais cette fois-ci, changement de programme : le talent, le génie sont au rendez-vous, dans la chaude lumière de Corse, alors que Monterey fait son apparition.

Monterey, l’ancien taulard aux yeux de chat, imposé par le producteur alors qu’il n’a jamais joué de sa vie. Le grain de sable qui vient gripper cette mécanique trop bien huilée dans le rond rond d’une réal programmée pour un nanar. Le corps étranger qui s’introduit dans le système pour le faire imploser … et repartir de plus belle, sur de nouvelles bases, celles du talent reconquis. En générant dans son sillage un salutaire bordel, une anarchie fertile qui va changer le cours des choses. En bien.

Voici les grandes lignes qui balisent le roman Making Of signé Xavier Durringer. Le monsieur sait de quoi il parle, la réal il connaît. Et il aime, à la folie, cela se sent dans chaque ligne, chaque mot de ce récit rocambolesque, qui alterne les situations ubuesques et les moments de tendresse absolue. Soudée à la manière d’un clan, cette famille cinématographique menée bille en tête par un Corso dépassé par la situation, va faire corps, puisant dans ses mésaventures une énergie, une résilience peu commune.

Tout se réinvente, l’envie de créer, le besoin d’aimer, de vivre de nouveau. Et ces saltimbanques vont retrouver le goût d’inventer au contact d’un repris de justice qu’ils vont apprendre à apprécier alors que ce dernier découvre le bonheur de l’interprète, la magie du comédien. Bien sûr cette prise de conscience commune ne vient pas sur un claquement de doigts, et il faudra quelques épisodes aussi dramatiques que loufoques saupoudrés de dialogues complètement fous, pour que chacun repense sa place, occasionnant ainsi au lecteur des moments de fous rires mémorables et salutaires.

Car Making Of sent bon l’humour, l’espoir, la joie, avec ses personnages hauts en couleur, ses descriptions minutieuses mais poétiques, alliant gestes techniques et beauté des expressions, péripéties cocasses ou chargées de suspens. Bref c’est LE livre à lire pour se booster l’ego sur de bonnes bases, entretenir sa légèreté tout en réfléchissant à la formidable charge positive que constitue l’acte de créer.

Et plus si affinités

http://www.lepassage-editions.fr/produit/making-of/

Enregistrer

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.