Livre / Nile Rodgers – C’est Chic ! : Sex, drugs and disco

Nile Rodgers est un musicien phare des années 70, membre fondateur du groupe Chic ! et co-auteur du tube universel « Freak Out ! Le Freak, c’est Chic ! ». Sa carrière a commencé à l’âge de 18 ans par la création d’un premier groupe, The Big Apple Band, et n’en finit pas de continuer. La dernière performance en date du monsieur est sa participation au dernier album des frenchies Daft Punk, qui devrait le faire connaître auprès de la nouvelle génération dont nous faisons partie.

A 61 ans, Nile Rodgers s’apprête à publier son autobiographie qui à elle seule constitue une encyclopédie musicale. Issu d’une famille de toxicomanes, son parcours paraît atypique pour le commun du mortel et quasiment banal quand on parle des musiciens de l’époque. Dans ce livre, Rodgers revient sur son enfance à New York et Los Angeles, ses rencontres multiples qui l’amèneront à jouer de la guitare, ses premières expériences scéniques. Et la suite qui est à peine croyable, on aurait l’impression de lire l’almanach tant bon nombre de ses compositions ont atteint les sommets des charts.

« Le travail de producteur ressemble à une prestation de services, vous savez. Je ne me fais pas payer pour vous fournir ce que JE veux. Je me fais payer pour vous donner ce que VOUS voulez. »

Il est à l’origine de tubes planétaires pour son groupe, mais aussi producteur pour Sister Sledge (We are family), David Bowie (Let’s Dance), Diana Ross (Upside Down), Madonna (Like a Virgin). Il nous dévoile par ailleurs un fait intéressant : il a composé toutes ces musiques selon un schéma très établi, le DHM (pour Deep Hidden Meaning : Sens Profond Caché), sorte d’ADN d’un morceau qui lui a garanti beaucoup de ses succès. Et lorsque qu’un morceau ne rencontra pas le succès qui lui était destiné comme Good Times par exemple, il fut alors source d’inspiration pour d’autres chefs d’oeuvres tel que Another one bites the dust de Queen, Radio Clash de The Clash ou encore Rappers Delight de Sugarhill Gang. Rien que ça !

« Oui, les drogues et l’alcool ont été présents pendant une grande période de ma vie adulte. Je les aimais. Ils ont bien failli me tuer. Mais je n’aurais pas pu y arriver sans eux. C’est aussi simple que ça. »

De tous temps, la drogue et l’alcool ont été partie prenante de l’histoire de la musique et Nile Rodgers ne fait pas figure d’exception à la règle. Il en a toujours consommé mais il a eu la chance d’être né sous cette bonne étoile qui lui a permis de survivre jusque là, quand bien d’autres ont déjà cassé leur pipe, dont son comparse de toujours Bernard Edwards. Il évoque également ces épisodes où il revient de la mort, où tellement défoncé il donnera l’une des pires prestations scéniques de l’histoire, où sa parano lui coûtera quelques amitiés… Chez The ARTchemists, on remercie cette bonne étoile qui l’a sauvé et qui lui a permis de continuer à exercer son talent, et venir nous livrer l’histoire de sa vie.

« Ces dernières années, j’ai été très occupé. J’ai travaillé sur plus de cent projets, avec des artistes aussi divers que Bob Dylan, Britney Spears, Elton John, Dweezil Zappa, Joss Stone, Angélique Kidjo et Steve Vai, parmi tant d’autres. »

C’est l’histoire presque normale d’un génie dont le nom ne nous dit pas forcément grand chose, mais qui a une place plus qu’importante dans l’Histoire, et dans la tête de chaque amateur de musique, quelle qu’elle soit. L’autobiographie de Nile Rodgers est donc une œuvre essentielle de son histoire, écrite avec un savant dosage d’honnêteté, d’humour, de franchise et d’anecdotes richissimes.

Le livre C’est Chic sera disponible à partir du 16 mai, aux Editions Rue Fromentin, à lire absolument pour enrichir ou parfaire sa culture musicale.

Et plus si affinités

http://ruefromentin.com/book/cest-chic/

Sur Facebook

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.