Les 3 éléphants 2014 : la revanche des circassiens !

10368459_10152396803350470_657326004358282045_n

Notre virée de l’année dernière sur le festival lavalien Les Trois Eléphants avait mis en lumière une incontestable qualité de programmation en matière musicale … et dramaturgique. L’idée nous avait beaucoup plu de mêler rock/electro/rap avec des spectacles issus du théâtre et du cirque. Aussi avons-nous profité de l’édition 2014 pour revenir à Laval le dimanche 25 mai avec en tête de nous concentrer sur l’aspect purement circassien de la programmation.

Un domaine qui relève de la compétence de Jean-Christophe Chédotal. Licence AES à Rennes 2, conservatoire de Rennes pendant 3 ans, entre 1985 et 1987, comédien et metteur en scène professionnel de 1987 à 2003 à Rennes , Hédé, Lorient, DESS  » Management du spectacle vivant  » à Brest en 2004/2005 …  ce n’est rien d’affirmer que le monsieur a les pieds dans le monde des arts du spectacle, et tout le reste avec.

10154086_10152417532110470_3224983546245808727_n
Cie Yvann Alexandre © Rod Maurice

Pas étonnant qu’il se retrouve aujourd’hui directeur des affaires culturelles de la Ville de Laval et programmateur/organisateur des Trois Eléphants avec Jeff Coulon qui s’occupe plus spécifiquement de la partie « concerts ». C’est qu’il faut un fin connaisseur pour prendre en main l’affiche « spectacles » d’un festival éclaté aux quatre coins de la ville, la plupart du temps dans la rue même, et cela depuis les origines de l’évènement du temps de Lassay les Châteaux.

Le moteur de ce choix ? « L’envie que toute la population s’approprie le projet 3LFS à travers une proposition en journée de l’événement, afin de soutenir et de réunir autour d’un rdv artistique qui était « fléché »  sur une seule partie de la population : les jeunes qui aiment les musiques actuelles!!! » dixit le principal intéressé. Il faut croire que ça marche pas mal au vu du public rassemblé pour assister aux différentes manifestations composant la grille horaire de ce dimanche après-midi.

P1380444
Groupe Bernard Menaut

A vendre de la compagnie du Thé à la Rue, Mast’hair class de Vlan Productions, Banana-strip ou le piège de la consommation de la compagnie Label-Brut, Stromboli magic magic et La note violette du collectif Jamais Trop D’art !, nous retrouvons l’humour, la verve et l’inventivité déjà perceptibles dans la session précédente qui nous avaient scotchés avec notamment Les pendus de la compagnie Kumulus. Normal puisque Jean-Christophe Chédotal repère les spectacles en amont dans de multiples évènements Arts de rue « avec l’envie de penser à toute la population de Laval, avec ses goûts très divers, mais avec toujours une exigence artistique forte !!! »

Et des manifestations alliant légèreté, rire, impertinence et esprit de provocation. A ce niveau, trois compagnies vont proprement nous emballer avec maestria et pour notre plus grand bonheur, car elles redéfinissent la tradition des tréteaux et du spectacle itinérant, extrait de la salle pour s’infiltrer dans le tissu même de nos vies, en jouant résolument la carte du transversal et du croisement des disciplines, démultipliant les perspectives circassiennes en autant de déclinaisons géniales.

P1380506

Five Foot Fingers – En éventail

Ils sont cinq, ils sont beaux, ils sont musclés, ils semblent tout droit sortis d’un sketch des Deschiens avec leurs fringues 70’s défraîchies, leurs cabas et leurs décors en carton, avec leurs faux airs de Serpico à la ramasse. Mais ne nous y trompons pas, dés qu’ils s’élèvent dans les airs, les Five Foot Fingers, se révèlent des virtuoses de la voltige. Et de l’humour.

Mât, corde, dés qu’il s’agit d’acrobaties et de gags, ils assurent à 200%, dans une atmosphère qui mêle strip tease de chippendale, mélancolie de La Strada, déhanchements de La Fièvre du samedi soir. Le mélange est irrésistible et charmant, et ces messiers sacrément doués qui ont choisi de mixer le cirque et le cabaret sur fond de do it yourself.

http://fivefootfingers.com/

P1380394

Compagnie Qualité Street – La fleur au fusil

C’est dans la Cour du Vieux Château que Pierre Bonnaud et Gildas Puget ont dressé leur estrade, une estrade qu’ils investissent comme des militaires et/ou des clowns, pour nous offrir une heure de folie musicale et burlesque. Un voyage où l’on se retrouve en avion, puis en bateau, puis luttant contre des requins, puis dans le désert, puis au Brésil, puis …

Enfin bref un véritable tour du monde enrichi par les entourloupes mélodiques de nos deux petits génies du beatbox, qui font mouche de tout ce qui leur tombe sous la main pour faire du rythme, du son et du rire. C’est juste jouissif et désopilant, un pur pur pur moment de bonheur et de communion.

http://www.qualitestreet.com/spip.php?article133

10409494_10152249122369006_2953055115907845233_n

Tony Clifton Circus – Rubbish rabbit

Rien que le titre du spectacle suffit pour cerner son côté apocalyptique. Explosion d’ours en peluche, décapitation de Barbie, les trois clowns qui forment le Tony Clifton Circus se comportent une heure durant comme des gamins insupportables livrés à eux-mêmes. Ou des punks anarchistes sous LSD. Ou de fins observateurs d’une société pathétique de compromis et de bassesses qu’il convient de secouer d’urgence.

On pense au film de Fellini Les clowns, on pense aux Monty Pythons, on pense aux Nuls, on pense à Begnini … et on jubile ! Car sous leur air d’aliénés échappés d’un asile, nos trois amuseurs frappent là où ça fait mal : la surconsommation, la normalisation à tout crin, le système politique. On comprend alors en les voyant le rôle essentiel que joue le bouffon dans une société sclérosée : tendre un miroir satirique qui ne cache plus rien de nos déviances et les tourne en dérision.

http://www.tonycliftoncircus.com/

 

Et plus si affinités

http://www.les3elephants.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.