Le grand retour / Elmer Food Beat en interview : « Kiki la Carotte ou l’art de se chatouiller » ?

Alors ça ce sont les Elmer Food Beat montant sur scène après 10 ans de vacances, vous allez voir, y a encore de l’énergie, y a plutôt intérêt car la Cigale arrive à grand pas ce 23 janvier 2014, donc faut pas mollir :

Bon on pourrait se dire que le vidéaste a bien fait son boulot, qu’il a bien cadré, toussa toussa, pour nous vendre un comeback fingers in the nose. Sauf que dans la salle, bah dans la salle, l’ambiance c’est ça :

Chez Narcisse au Val d’Ajol, à Sélestat pour les Rockeurs ont du cœur, à Ambres, à Basse Goulaine, à l’Aroffe Festi’vannes, Festibaloches à Olargues, au festival Sylak Open Air à côté de Lyon, je vais pas tous les faire sinon l’article suffira pas, partout depuis 2002, année de reformation, le même accueil toutes générations confondues, y a même des métalleux enthousiastes dans le tas, c’est vous dire le côté fédérateur et l’aura du groupe réputé le plus élégamment débile du PMF, paysage musical français qu’ils ont marqué du légendaire « Le Plastique c’est fantastique » (cf la chronique de Elliot) dans les années 90, participant ainsi activant à la démocratisation du préservatif.

Apport non négligeable pour un combo qui chante avec délectation les fanstasmes rigolos, les envies sexuelles et les histoires paillardes, vantant les « fluctuations de la fesse » chères à Audiard avec la verve d’un Frédéric Dard et la ferveur d’un Rabelais, l’humour désopilant d’un Offenbach. Sans se prendre la tête, pour se marrer, comme on se bidonne sur un camping entre potes, les grandes vacances enfin venues, entre tongs, baignades et pastaga. En laissant quand même dans leur sillage blinde de marrades et des albums riches en figures de style dignes d’un kamasutra de supermarché, une version coquine du Lucien de Franck Margerin. 30 cm en 1990, Je vais encore dormir seul ce soir en 1991, La vie n’est pas une opérette en 1992, … là aussi je vais pas tous les faire, sachant que chaque LP ballade son lot de succès.

On pourrait se dire que le flot a tari, avec la cinquantaine et 10 ans de stand by. Que nenni ! Ces messieurs ont remis ça avec une verdeur sans pareille et le coup de rein qui va avec, reboostés par ce long repos, savoureux comme un bon vin et prêts à vous trousser toutes les caissières de la terre. Le nouvel album Les Rois du bord de mer consacre cette santé florissante avec « Pamela », « Frédéric Dard dort », ou « Electroménager » qu’ils entonnent bille en tête lorsque nous les rencontrons au Hard Rock Café :

Ouep y a encore du coffre, du ressort, de l’épaisseur et de l’élan, aussi et surtout du professionnalisme qui les pousse à répéter leur morceau trois fois de suite. Professionnalisme qui va également apparaître lors de notre entretien, entre crise de rires et grivoiseries, ainsi qu’une perception pointue de notre société et de ses petites dérives. Des propos suffisamment posés et intelligents pour les restituer dans leur entier, sans couper quoi que ce soit de cet échange délicieux et revigorant. A écouter consciencieusement, surtout les oreilles prudes, sensibles et délicates, car au travers de cette leçon de choses, vous comprendrez alors pourquoi cet article s’intitule « Kiki la Carotte ou l’art de se chatouiller » J :

Rencontre avec Elmer Food Beat by Delfromtheartchemists on Mixcloud

Un énorme merci aux Elmer Food Beat pour cet échange et pour leur bonne humeur, leur sens de la vie, à leur team et à Xavier le gentil RP.

Album photos

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.565714040174195.1073741874.114156521996618&type=3

Et plus si affinités

http://www.elmerfoodbeat.com/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.