L’amour a ses réseaux : Cupidons algorithmiques et cimetière du romantisme

Est-il encore possible de s’aimer à l’heure des sites de rencontres ? Et si oui, comment ? Inspirée des chroniques « Tinder Surprise » de Renée Greusard éditées par L’Obs, la websérie L’amour a ses réseaux illustre treize récits de séduction d’un soir sous la houlette plus ou moins heureuse de Cupidons algorithmiques.

Coups de dés digitaux

Soit treize témoignages hétéros et homos qui vont du cocasse au cauchemardesque pour illustrer l’errance libertine au XXIeme siècle. Exit Casanova et autres séducteurs Grand Siècle adeptes du beau langage, le plan cul se joue sur les coups de dés digitaux que sont le swipe et le match. Mais si sur l’écran, ça semble bien engagé, dans la réalité c’est beaucoup plus complexe.

Et risqué ! Pas forcément parce qu’on tombe sur un pervers, mais parce que le terrain est très souvent beaucoup moins engageant que la promesse client numérique. Les blessures d’amour propre sont nombreuses, les egos s’écorchent, les personnalités s’opposent. On évacue le conte de fée, restent deux individus qui se croisent et ne vont pas forcément s’entendre.

A lire également :  L’Amour sous algorithme : Elo Score, notre malédiction à tous ?

Vaudeville 2.0

La série signée Cécile Rousset et Romain Blanc-Tailleur superpose les confidences de chaque témoin et un dessin animé illustrant avec beaucoup de charme, d’humour et de poésie des situations souvent scabreuses, parfois délirantes, désespérantes pour certaines, mais dont chacun tire un enseignement sur soi et la vie.

Difficile de ne pas s’identifier à chacun de ces héros de vaudeville 2.0, de ne pas s’interroger sur le devenir des échanges humains dans une société drivée par les datas et les applis. Il est sûr que le recours aux plateformes de rencontres semble s’être banalisé, reste ensuite à gérer ses propres émotions, ses propres désirs.

A lire également : Tant pis pour l’amour. Ou comment j’ai survécu à un manipulateur : autopsie dessinée d’une relation toxique

Au final, on comprend en écoutant ces histoires que la technologie, aussi performante et prédictive soit-elle, ne résoudra jamais les mystères du cœur humain. Si elle peut s’apparenter à un cimetière du romantisme comme l’évoque un des héros, elle ne pourra jamais enterrer cette soif d’amour, de chaleur humaine qui tous nous étreint.

Et plus si affinités

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-019644/l-amour-a-ses-reseaux/