L’Affaire des poisons : sorcières vintage à la mode française

Flashback : nous vous parlions lundi de la série TV Marianne, chaudement accouchée par Netflix pour conquérir le public français, et soulignions au passage que notre culture n’était pas forcément des plus habituées au personnage de la sorcière. D’où notre surprise devant le caractère particulièrement vache de l’héroïne de Samuel Bodin … qui nous a rappelé d’autres souvenirs de notre Histoire, plus particulièrement l’affaire des Poisons.

Flashback 2 : nous sommes dans les années 1680, à l’apogée du règne d’un certain Louis XIV, souverain solaire et tout puissant dont le pouvoir absolu fut soudainement obscurci par un scandale particulièrement sordide qui éclaboussa jusqu’aux marches de son trône. Soit un réseau particulièrement opaque et fourni de sorcières avorteuses et d’empoisonneurs satanistes, opérant dans la capitale sous le nez des autorités pour délivrer filtres d’amour, envoûtements et poudres de succession aux membres de la jet set d’alors … et parmi eux la propre favorite du monarque, Mme de Montespan.

Favorite qui y laissa sa réputation, perdit son rang de courtisane en titre et finit honnie de tous. A tort ou à raison, difficile à déterminer, au vu de la prolifique littérature produite au fil des ans pour tenter d’élucider un mystère que le Roi Soleil s’empressa de repousser dans l’ombre à grand coup de lettres de cachet, quand ses enquêteurs mirent au jour la très probable implication, outre de sa maîtresse, de plusieurs membres éminents de sa propre Cour. Du coup l’énigme demeure, qui inspira également moult séries et films, dont l’excellent L’Affaire des poisons.

Ce petit chef d’œuvre réalisé par Henri Decoin date certes de 1955, mais par plusieurs côtés, il se connecte avec la toute récente série netflixienne de Bodin. Déjà car l’armada de sorcières et de suppôts de Satan évoqués par Decoin n’ont absolument rien de sympathique, et se définissent par une très nette volonté de tout bousiller et sans faire dans la dentelle. Avortements, nécromancie, messes noires, rapts et meurtres de nouveau-nés, profanations en tout genre, si rien ne nous est montré (on est en 1955), tout est suggéré et ce n’est pas pour calmer l’imaginaire du spectateur, loin s’en faut.

On soulignera par ailleurs la prestation de Viviane Romance qui endosse l’identité de l’empoisonneuse en chef, la Voisin, en soulignant bien sa très profonde corruption … et son sens inné du business. Autour d’elle, l’abbé Guibourg, adepte de Lucifer, prend le visage impassible et les intonations métalliques de Paul Meurisse. Empêtrée dans leurs filets comme dans sa jalousie, Mme de Montespan affiche le sourire contraint d’une Danielle Darrieux au sommet de sa beauté et de son art. Pour les démasquer, Pierre Mondy incarne le Capitaine Desgrez.

Bref une affiche somptueuse pour un film old school dans les couleurs (technicolor of course), les angles de vue et les décors certes, mais qui se singularise par son ancrage dans la vérité des archives (l’intro insiste bien sur ce point très vendeur), une bande originale prenante signée René Cloërec… et cette approche du démoniaque à l’œuvre dans les esprits faibles ou intéressés. Il est évident que ceux qui ne jurent que par la franchise Conjuring et AHS trouveront la chose désuète, mais elle a au moins le mérite d’introduire un profil de sorcière aussi intéressant et dévastateur que celui de Marianne. Ce n’est pas rien.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.