L’actu trucmuche de Tata Dedel : semaine du 4 au 10 janvier 2021

2021 Semaine 2 : on attaque fort l’année avec l’assaut du Capitole par les pro Trump et le fight COVID vs vaccination, la disparition de Jack Ma. Bon hormis ça, quoi de sensas sur la planète terre ? Voici ce que Tata Dedel a trouvé cette semaine en scrollant sur la toile.

Go Voyages-Opodo remporte notre cactus d’or 2020

« Quelles entreprises vous ont le plus exaspérés cette année ? Découvrez les 7 cactus de la conso 2020 décernés par 60 Millions de consommateurs ». A lire sur 60mimmions-mag.com

Mémoire de licorne :

  • Il existe un prix pour cibler les entreprises pas cool, un prix avec une visibilité puisqu’il est attribué par un magazine connu et lu .
  • C’est un magazine sérieux  édité par l’Institut national de la consommation et qui existe depuis 1970. Spécialisé dans les tests produits
  • Le choix des lauréats s’appuie sur l’étude des témoignages envoyés à la rédaction, environ 7000 par mois.
  • Outre le Cactus d’or, on trouve 6 catégories : les catégories « scandale sanitaire », « produit dangereux », « abus de l’année », « bug de l’année », « cupidité » et « arnaque de l’année ».

 

La France instaure un indice de réparabilité pour noter les objets technologiques

« Une mesure qui tombe sous le sens quand on sait que 77% des citoyens européens préfèrent réparer leurs appareils électroniques plutôt que de les remplacer ». A lire sur : siecledigital.fr et forbes.fr

Mémoire de licorne :

  • Depuis le 1er janvier 2021, les fabricants d’équipements électriques et électroniques doivent placer un indice de réparabilité sur le packaging de certains produits, un peu dans l’esprit des étiquettes-énergie, avec une note allant de 1 à 10.
  • Objectif : lutter contre l’obsolescence programmée. Rappelons que 60 % des biens en panne partent à la casse. Atteindre un taux de réparation de 60 % d’ici à 2026.
  • Sont pour l’instant concernés  les ordinateurs portables, les smartphones, les téléviseurs, les lave-linges à hublot et les tondeuses à gazon.
  • Les critères : la documentation technique – le caractère démontable de l’équipement – les durées de disponibilité sur le marché des pièces détachées – les délais de livraison et le prix de vente des pièces détachées – l’information sur la nature des mises à jour, l’assistance à distance sans frais et la possibilité de réinitialisation logicielle.
  • Comment les marques vont-elles réagir, s’adapter ? Développement du SAV, pourquoi pas ? Mais encore ?

 

Licorne et donut
Licorne et donut

Microsoft pourrait nous ressusciter sous forme de chatbots

« Microsoft a déposé un brevet qui soulève la possibilité intrigante de ressusciter numériquement des personnes décédées, pour les faire revenir sous forme de chatbots ».  A lire sur forbes.fr

Mémoire de licorne :

  • Utiliser les données sociales des défunts pour composer un avatar digital via un chatbot cf Black Mirror
  • Question éthique évidente … mais aussi un marché très juteux en la matière.
  • Et un pas de plus dans la main de la death tech sur le secteur funéraire.

 

licorne
Chat licorne

Bottega Veneta déserte les réseaux sociaux

« A l’heure du tout digital, Bottega Veneta décide de s’éclipser. La maison italienne du groupe de luxe Kering a désactivé mardi 5 janvier tous ses comptes sur les réseaux sociaux: Twitter, Facebook et même Instagram, où elle comptait 2,5 millions d’abonnés. Contactée par FashionNetwork.com, elle n’a pas souhaité commenter cette décision ». A lire sur fashionetwork.com et journalduluxe.fr

Mémoire de licorne :

  • Un choix à contre-courant de marques de luxe comme Gucci.
  • Une prise de risque ? Laisser derrière soi 2,5 millions d’abonnés Insta. Et tourner le dos à un des leviers incontournables de la vente en ligne, qui mène désormais la danse à l’heure de la pandémie.
  • Questionner ce qu’est l’ADN d’une marque de luxe, et les cibles qu’elles veut toucher, à quel prix en terme d’image.
  • Un positionnement précurseur ? Miser sur la discrétion, le phénomène de happy few, dixit la dernière collection printemps-été dévoilée à Londres devant un petit comité avant d’être révélée sur la toile deux mois plus tard ?
  • Une stratégie renouvelée alors que le pôle communication de la marque est complètement réorganisé.

 

En Inde, la pandémie profite aux musiciens indépendants

« L’Inde est actuellement le troisième pays le plus touché par la pandémie. La crise a pourtant une conséquence inattendue sur la vie des musiciens indépendants : l’opportunité de se faire repérer… » A lire sur francemusique.fr

Mémoire de licorne :

  • Pandémie = Bollywood muselé = opportunité pour les musiciens indés de percer via la toile.
  • Utilisent le livestream et investissent les réseaux sociaux.
  • Variété des genres, labels indés se mettent en avant.

 

« L’appétence des Français pour la culture a été confirmée lors de la crise sanitaire »

« Les chercheurs Anne Jonchery et Loup Wolff montrent, dans une tribune au « Monde », que la fermeture des lieux de culture a paradoxalement élargi l’accès des pratiques culturelles aux Français qui y avaient le moins recours. » A lire sur lemonde.fr

Mémoire de licorne :

  • Tribune qui va dans le sens de ce que nous avancions dés le 1er confinement avec les articles
  • Pandémie = mise en avant des usages culturels des écrans – pratiques amateurs en hausse
  • « Réduire les clivages sociaux et générationnels habituellement observés ».

 

Covid et confinement : les éditeurs croulent sous les manuscrits

« C’est un effet de la crise sanitaire totalement inattendu. De nombreux Français ont profité des confinements pour écrire et envoyer leurs textes à des maisons d’éditions ». A lire sur franceinter.fr

Mémoire de licorne :

  • Continuité de l’article cité précédemment ouverture à la culture, du temps pour soi, envie de s’y mettre = écrire, produire et oser envoyer son manuscrit aux éditeurs.
  • Pas forcément avec succès, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous, mais il faut surveiller ce mouvement, éventuellement l’auto-édition.

 

Petit rappel de la règle du jeu

Le principe de l’actu trucmuche :

  • Des actus glanées sur les réseaux sociaux.
  • Des infos extraites de médias sérieux portant sur le business culturel et artistique, en lien avec le marketing, la comm’, les marques, bref le côté développement de tendances …
  • Ce qu’il y a à en tirer, et éventuellement des perspectives pour l’avenir.

La méthode :

  • Le titre de l’article ainsi que le lien et une petite phrase d’accroche qui résume le tout, comme ça vous pouvez/allez le lire ;
  • Des ch’tites bullet points pour synthétiser mes analyses (qui valent ce qu’elles valent) ;
  • La version plus étoffée à l’oral en podccast.
  • Le tout en mode licorne (là aussi consulter l’article de présentation) avec dynamisme, humour et une petite pointe d’ironie mais juste un peu sinon, on va encore me traiter de révolutionnaire anar …