La vérité nue : quand l’image dévoile les corps

L’été venu, les corps se dévêtent, se libèrent, envahissent les plages à la recherche du soleil et des flots. Estival dénudement que tous considèrent avec un œil condescendant pour ne pas dire espiègle, et l’on sait les choux gras que média, cinéma et télé font du nudisme et de ses mœurs.

Le sujet investit alors émissions, journaux et autres supports informatifs. Un bon marronnier que voilà et cela depuis des temps reculés puisque la nudité des corps questionne, rebute et fascine avec le serpent du Paradis. Nudité innocente du sauvage, exhibition de la lascivité tentatrice : le débat continue de faire rage, jusque sur les réseaux sociaux où modèles et photographes spécialisés voient leurs pages dénoncées pour entrave aux bonnes mœurs.

Représenter la nudité : un challenge

Pourtant si le corps nu gêne certains, il continue d’inspirer les artistes. C’est même un challenge que de le représenter, et tout peintre/plasticien/photographe qui se respecte se doit à un moment ou à un autre de s’essayer à cet exercice complexe. Certains y ont même conquis leurs lettres de noblesse.

Ainsi la très célèbre Origine du Monde qui a propulsé Gustave Courbet aux premiers rangs des artistes controversés (et régulièrement blackboulés de Facebook, ce qui est un comble quand on connaît la notoriété du monsieur et son talent), les sculptures de Rodin, ou les dessins de Degas, mis en perspective lors d’une rétrospective proposée il y a peu par le musée d’Orsay.

 

Degas : un précurseur ?

C’est l’idée qui ressort de ce parcours où étaient mis en regard les différentes générations d’esquisses du maître. Débutant avec une technique respectueuse des codes académiques mais néanmoins déjà originale, le peintre va progressivement se tourner vers la capture du mouvement, s’enfermant dans les bordels pour y dessiner de multiples façons les prostituées dans leur intimité.

Assises, couchées, se baignant, se coiffant : en véritable bourreau de travail, Degas va détailler ces dames, privilégiant l’attitude à l’embellissement. Une autre manière de voir le corps tel qu’il est, sans le sublimer ni l’idolâtrer, pour cet avant-gardiste qui reviendra plusieurs fois dans sa carrière sur l’étude d’une même position, d’un même geste, partant du principe qu’on représente mieux le corps habillé après l’avoir perçu nu.



« Degas et le nu » : l’exposition par musee-orsay

Un héritage artistique ?

C’était dans les années 1890. En ce début de XXIème siècle, le mystère du corps nu demeure entier, les interdits qui le frappent n’ont d’égal que la fascination qu’il exerce chez certains artistes. Et si l’on continue de peindre la nudité, on la photographie également. Beaucoup. De différentes façons. Des hommes, des femmes. Avec recherche. Avec émotions. Et de multiples difficultés dans un univers assez puritain qui condamne rapidement et confond souvent érotisme, pornographie et art.

Chaque année depuis maintenant 11 ans, le Festival européen de la photographie de nu prend ses quartiers dans les galeries d’Arles et des Baux de Provence, annonçant en cela les rencontres qui lui succèdent durant la période d’été. Un tour de chauffe en quelque sorte, histoire de mettre en avant les spécialistes du genre à l’échelon international, tout en évoquant les avancées, les tendances les problématiques qui animent et alimentent ce type de photographie. Exemple avec la session 2011 :

Festival FEPN 2011 from Pôle Sud Productions Multimédi on Vimeo.

La session 2012 a pris la suite, remettant sur le tapis les mêmes problématiques. Capture du mouvement, exploration d’un genre, pénétration des individualités : nous avons voulu faire le point sur la nudité photographiée, les problèmes rencontrés par ces artistes, ce qu’ils cherchent éperdument à chaque cliché, ce que les modèles montrent d’eux-mêmes, ce que le public perçoit.

Si les photos utilisées dans ce dossier sont des nus, nous nous refusons à ce qu’on les qualifie à aucun moment de pornographie. Elles sont œuvres d’art. Et vérités nues. Nous vous laissons les découvrir, les évaluer, les scruter ainsi que le point de vue de leurs créateurs.

 

Et plus si affinités

http://www.fepn-arles.com/index.htm

 

Dossier La vérité Nue

La vérité nue : quand l’image dévoile les corps
La vérité nue / Hervé All – Maud Chazeau – Olivier Valsecchi : Le corps en mouvement, les mouvements de l’âme ?
La vérité nue / Simon Jourdan : « un regard sur le corps »
La vérité nue / Pierre Cambon : Le corps et l’ombre
« Cold » experiment / Pénélope Octavio : la vérité nue … sort des frigos.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.