HEY! fête ses 4 ans : « le spectateur, le regardeur et l’œuvre elle-même »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

4 ans et un 18eme numéro. Si on leur avait prédit que l’aventure allait durer si longtemps et prendre pareille ampleur, l’auraient-ils cru ??? Non mais oui, Anne&Julien ne sont pas de ceux qui croient, mais de ceux qui font, sans se poser de questions exceptées celles ayant trait à l’exécution de leurs projets éditoriaux, scéniques et muséaux.

9c43a1d7cf3d23742fbb3d0c58184dfa

Artistes, musiciens, chroniqueurs, amoureux fous d’art singulier, de modern art, de pop culture, d’expressions hors normes, le bizarre, le flamboyant et le baroque chez eux est mode de vie, quête perpétuelle. Nous avons croisé leur route sur les expositions HEY! 1 et 2, sur les spectacles de HEY! la Cie, sur Tatoueurs tatoués, mais, et Anne nous l’avait expliqué lors de notre dernier entretien, impossible de concevoir la cohérence de ces approches sans traiter la revue elle-même, dont ils viennent de célébrer les quatre années de publication au sein d’Ankama.

10482595_10152654644049305_4423506591251446721_n
Photo Zoé Forget

Une soirée de célébration dont ils ont le secret, parachutée dans leur cher Cirque Electrique, où ils ont concocté un programme sur mesure dans la démesure, je cite :

– PROJECTION PERFORMANCE des FRÈRES PAPIN (les TUEURS À LA BOBINE !! : Projection d’images vintage mixées en live par le duo BATMANU et ANTOINE BITRAN)

– HEY! LA CIE Vs WINSOR MCCAY (ciné-performance autour du génie américain de la bande dessinée et du dessin animé / orchestre organique & batterie de gramophones & orgue de barbarie


– HORI SMOKU SAILOR JERRY (projection d’un documentaire inédit sur le plus grand des tatoueurs américains des années 50’s / réalisé par ERICH WEISS, 2008


– HOMMAGE AUX STUDIOS FLEISCHER (projection d’une sélection du meilleur des créations animées de ce studio cultedes années 20 aux années 40


– CORNÉE (projection – film d’animation de STÉPHANE BLANQUET

10417463_10152654644114305_4984522669650783240_n
Photo Zoé Forget

Cinéma, performances, BD, animations, musique, … décidément avec Anne&Julien, l’image ne reste jamais très longtemps statique, et ils savent y faire pour en saisir, prolonger et amplifier le mouvement, peu importe l’artiste et le support présentés. Etrangement cet irrépressible bouillonnement débute dans la revue même, conçue comme le centre de cette toile d’araignée esthétique. « HEY! n’est pas … » : quand ils en parlent, Anne&Julien utilisent souvent le négatif, tant cette publication est en dehors des clous et des usages, de par le contenu et le format. Une revue dont ils rêvaient depuis longtemps, fantasme projeté qui trouva réalité au terme de l’interview de Run, graphiste, illustrateur et directeur de collection du label 139.

hey 1

hey 2

Mis au courant, Run apporta l’impulsion finale pour passer l’obstacle de la concrétisation avec un premier numéro tellement riche et complet que beaucoup prédirent l’impossibilité de continuer sur pareille lancée. Perdu !!!! 18 numéros plus tard, HEY! n’en finit pas de produire, révélant opus après opus à un lectorat toujours plus nombreux, enthousiaste et conquis, des artistes repérés aux quatre coins du monde, coups de cœurs dont on perçoit les émotions à chaque ligne des articles les présentant ainsi que leur sphère. Même le nom de baptême de la revue est passée dans les mœurs, retenu parce qu’imprononçable salutation mêlant sympathie sans façon et provocation goguenarde. Du coup à force de ne pas se caler sur les supports d’expression traditionnels, HEY ! est devenu une véritable exposition sur papier, qui hybride livre d’art, catalogue d’exposition, journal de bord, carnet d’études, encyclopédie patiente et pugnace, cabinet de curiosités, scrapbooking génial, ludique et pensé.

La couverture comme l’intérieur sont l’objet de toutes les douces folies, et la mise en page un challenge répété, surveillé, peaufiné étape par étape par Anne&Julien et leur équipe, véritable tribu où les rôles sont répartis, dont les tâches sont identifiées. Chacun, graphiste, photographe, vidéaste, rédacteur, s’applique avec sérieux et rigueur à cette mission improbable : rapprocher  « le spectateur, le regardeur et l’œuvre elle-même ». Pas évident quand il s’agit de cerner des mondes intérieurs que certains artistes peinent eux-mêmes à définir, quand il faut évoquer des œuvres d’une violence rare dans le sujet traité, le mode de formulation choisi. Transgression des méthodes, thèmes provocatoires et séditieux, toute l’originalité et la valeur de HEY ! réside dans cette perception si juste de créations borderline, restituées et abordées dans leur intégrité sans jamais être dévoyées, sans orienter le regard des lecteurs, sans déflorer les mystères des ces abysses.

10413376_10152654676384305_7397115363507873597_n

Une véritable aventure dont le documentaire HEY ! Le film, réalisé par Christophe Antonin et Damien D. Richard (par ailleurs vidéaste de l’équipe aux côtés de la photographe Zoé Forget et de Loïc Retureau, maquettiste et graphiste) rend compte, apportant aux néophytes comme aux passionnés le témoignage des différents acteurs de cette never ending-story, qu’il s’agisse d’Anne&Julien eux-mêmes, de leurs multiples adjuvants, Martine Lusardy, Tin-Tin pour ne citer qu’eux, des artistes dont ils ont parlé, leur ouvrant ainsi la voie de la reconnaissance, des libraires ou des lecteurs qui ont vu débarquer cet OVNI artistique avec surprise et bonheur. Car ce trimestriel de belle facture, source de petites merveilles et point d’ancrage de toutes les autres modes d’expression de la famille Hey !, attendu comme la suite d’un feuilleton à suspens, comme une boite à surprise d’où peuvent sortir un diable et/ou un ange, rédigé en français et en anglais, chiffre ses 144 pages … à 18,90 euros. Soit 13 centimes la page …

10390197_10152654637734305_3117174317491647539_n
Photo Zoé Forget

A l’heure où le marché de l’art côte certaines œuvres à des sommes astronomiques, où l’entrée dans certains musées grimpe en flèche, où catalogues d’exposition et livres d’art sont de plus en plus onéreux, les publications HEY! demeurent dans le domaine du très raisonnable. Un choix qui mérite qu’on le salue car il va dans le sens de la démarche pédagogique et révélatrice d’une revue qui n’a pas fini de sévir, pour notre gratification  à tous.

 

Et plus si affinités

http://www.heyheyhey.fr/fr

https://www.facebook.com/hey.la.revue?fref=ts

https://www.facebook.com/heylacie?fref=ts

http://www.ankama-editions.com/fr/catalog/destinations/48-hey.html

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire