Helen Clara Hemsley : une basket au cou …

Surréaliste ? Que nenni ! Nous découvrons les créations de la designer et créatrice de bijoux danoise Helen Clara Hemsley lors de l’exposition Bring it on organisée par la Maison du Danemark. La dame se dit inspirée par le quotidien, les objets familiers, le clash entre la culture et la forme pour imaginer des parures aux allures de contes.

Si elle privilégie la laine dans l’ensemble de ses ornements, qu’elle brode avec régularité et humour comme on le ferait de grigris intimes, c’est la pièce « DOING A MARY MAGDALENE » qui accroche notre regard étonné. Une basket usagée, sale, rongée jusqu’à la trame, que l’artiste à ouverte et désossé comme un coquelet à la diable pour en faire un pectoral surprenant et audacieux.

Recyclage assumé donc, avec beaucoup de poésie et d’originalité, une autre manière de conjuguer l’attachement quasi viscéral à la paire de baskets chérie, qu’on porte encore quand elle est dévastée, qu’on se refuse à mettre à la poubelle alors qu’on ne peut plus envisager de l’enfiler tant elle est abîmée. D’un seul coup de créativité magique, Helen Clara Hemsley contourne le problème, la chaussure devient bijou à arborer fièrement.

En un geste symbolique de l’art modeste, Helen Clara Hemsley métamorphose un élément tellement essentiel qu’il en devient banal, invisible jusqu’au moment où il se délite, devient inutilisable, rappelant son existence dramatiquement. Et elle lui offre une autre vie, décalée, plus riche, esthétique, chargée d’un nouveau sens, tandis qu’on le place à son cou..

Et plus si affinités

Forside

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.