Happy ! : Faster, Unicorn ! Kill ! Kill !

Des binômes de flics, films et séries TV en regorgent, qui rivalisent dans l’originalité : mais que se passe-t-il quand le tandem est composé d’un ex pandor semi psychopathe et complètement stone et d’une mini licorne turquoise volante et imaginaire ?

Voici en gros le pitch de la série Happy ! Récemment atterris sur Netflix après avoir explosé SIFI, ces huit épisodes déjantés adaptent à l’écran le comic book du même nom, avec aux commandes les auteurs originaux Grant Morrison et Darick Roberston, ce qui explique la plastique très BD de l’image, un goût certain pour les couleurs acidulées, les trognes hallucinées, les éclaboussures de sang en mode speedlines et les situations anxiogènes et ubuesques.

Car qu’on le veuille ou non, Sax, natural born anti-héros, est l’ultra Ubu par excellence, trucculent, défoncé, auto-destructeur, excessif, violent et cynique. Et drôle. Gore-tesque et drôle. Et efficace. Trop peut-être dans son côté romantique « force qui va » droit dans le décor en défonçant tout sur son passage ? Un homme complexe ? Qui va devoir faire table rase du passé, quand au seuil d’un potentiel infarctus, apparaît sous ses yeux effarés, Happy, licorneau échappé de l’imaginaire d’une petite fille tout juste kidnappée de l’autre côté de la ville … et qui s’avère être la rejetonne inconnue de Sax.

Envoyé chercher de l’aide, Happy le licorneau, déboule dans le bordel qui sert de vie à Sax pour y remettre un peu d’ordre … ou pas ? Leur rencontre nous vaut en tout cas une scène d’anthologie où Christopher Meloni, interprète du personnage principal, donne toute la mesure de son talent. Il faut dire que Sax est complètement hors normes, tout comme ceux qui l’entourent, d’où une ribambelle de rôles secondaires aussi cocasses qu’horrifiques, entre père Noël illuminé sous amphet, mafieux irascible, chef de gang déguisé en cafard, sorcière sicilienne star de reality show, zombi obsédé de sauce tomate au sang menstruel et tueur à gage qui alterne découpage au couteau électrique et manucure …

Tout ce petit monde se croise, se pourchasse, se flingue dans la joie et la bonne humeur propre aux fêtes de fin d’année, sur un rythme trépidant, sans aucune respiration, avec en toile de fond une histoire de trafic de poupées vivantes, des séquences de fight filmées aux petits oignons, un sens certain du psychédélique et des répliques rentre dedans dont le fameux « J’ai tué l’ami imaginaire de ma fille » ou « retirez-moi ça » (dit comme ça aucune portée, mais dans le contexte … je ne m’en suis pas encore remise). Sans compter ce monde parallèle où pullulent les amis inventés par nos chères petites têtes blondes, à la source émanations de ce qu’il y a de plus innocent, de plus pur, mais qui peuvent se révéler au finish de véritables enfoirés !!!!

Du coup, Happy ! risque fort de vous faire marrer comme jamais, et de vous donner envie de cultiver cette part d’enfance qui sommeille, même chez les plus salauds d’entre nous !

Et plus si affinités

http://www.syfy.com/happy

https://www.netflix.com/fr/title/80177346

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.