Le gouvernement des parisiens : comment questionner un patrimoine fait d’amour et de haine ?

Ah Paris ! Ses monuments, ses amoureux, ses p’tits cafés, ses révolutions à répétition, à grand renfort de barricades et d’émeutes, de pavés dans la gueule ! Un monde en soi … pas si facile à gouverner : la plus belle ville du monde a toujours entretenu des rapports passionnels avec les dirigeants de France et de Navarre, tantôt docile, tantôt brutale, jamais sereine. Comment gérer au mieux pareil tourbillon qui abrite tout de même le cœur du pouvoir, les institutions dirigeant l’Hexagone ? C’est la question à laquelle tente de répondre l’exposition présentée gratuitement jusqu’au 22 juillet par l’Hôtel de Ville dans l’enceinte de la salle Saint Jean.

C’est qu’il s’en est passé, des choses, depuis le médiéval Étienne Marcel et le bordel qu’il a déclenché pour faire barrage à la politique royale qui voulait juguler la ville. Eh oui déjà ! Et dés lors cela n’a jamais cessé, dixit les soubresauts révolutionnaires qui jalonnent le XIXeme siècle et la modernité naissante, de 1789 jusqu’à la Commune. Sans compter la suite, Occupation comprise. Jusqu’aux récentes réunions de Nuit debout, les manifs contre la loi El Khomri … Paris sera toujours Paris, insaisissable, frondeuse, rebelle … mais tout de même la capitale de la France et donc il y faut un peu d’ordre dans le désordre …

Le parcours orchestré par les commissaires Boris Bove, Quentin Deluermoz et Nicolas Lyon-Caen confronte donc l’Histoire de cette haine amoureuse avec les régimes successifs avec les mutations de la municipalité et ses obligations gestionnaires. Car faire la révolution est une chose, assurer l’approvisionnement en eau, le ramassage des poubelles et la sécurité des rues en est une autre. Quelques trois cents œuvres, tableaux, documents officiels, affiches, statues et consort recomposent cette aventure passionnante et décousue où la métropole d’aujourd’hui se dessine petit à petit, tandis que ses problématiques se transforment à l’heure des nouvelles technologies et de la globalisation.

Cette réflexion pertinente est à mettre en lien avec le parcours présenté au rez de chaussée du Pavillon de l’Arsenal qui détaille les transformations architecturales, urbanistiques et territoriales de la capitale au fur et à mesure qu’elle a grandi et phagocyté les villages alentours pour prendre les dimensions d’une ville monde. Ainsi Le gouvernement des parisiens prend plus de poids encore, et l’on se demande si cette manifestation ne devrait pas devenir constante car essentielle à la compréhension d’un véritable patrimoine partagé par plus de 2 millions d’habitants qui en ignorent malheureusement les fondements.

Album photos de l’exposition ici.

Et plus si affinités

https://quefaire.paris.fr/18081/exposition-le-gouvernement-des-parisiens

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.