Festival du Film Britannique de Dinard : Confident royal

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le long métrage de Stephen Frears, Victoria & Abdul, curieusement traduit en français sous le titre pour magazines people (genre Point de vue et images du monde ou Gala) de Confident royal, a été montré en avant-première à Dinard. Il sort cette semaine dans de nombreuses salles à travers l’hexagone.

Toujours se méfier quand on prétend tirer un film de “faits réels”. D’autant que, dans le cas qui nous occupe, les scénaristes de ce récit à l’eau de rose, destiné à un public de petits et grands enfants, sont partis d’un récit originel, donc d’une première version des faits et que, de ce fait, le réel nous est restitué de seconde, voire de troisième main. Le sujet est ici la relation entre la monarque a priori (et a posteriori) la plus austère qu’aient jamais eu à supporter les Anglais – et à subir les pays de l’Empire britannique élargi sous son règne aux quatre coins du monde – et un domestique d’origine indienne et de confession musulmane. Cela se passe en 1887, date du Jubilé d’or de la reine.

Le jeune gens, chargé par le Protocole de remettre symboliquement un cadeau à sa Majesté, lui tape tout de suite dans l’œil. La monarque s’accroche aux branches de son trône tandis que son vieux fiston Ed commence à trouver le temps long, espérant son tour … Le jeune domestique charme donc la reine, qui l’introduit à la cour, au grand dam de toute la noblesse, pour le moins jalouse et, il faut bien le dire, un peu xénophobe sur les bords. Le barbichu tire profit de sa proximité avec elle, entreprend même de lui enseigner sa langue et la calligraphie, lui vante sa religion, invite sa femme et sa belle-doche à le rejoindre au castelet – il s’agit de la première fois, paraît-il, qu’une burqa débarque alors à Balmoral.

Les liens entre les deux protagonistes que la différence d’âge eût normalement dû séparer peuvent rappeler d’autres amours légendaires, fictifs ou réels – Harold et Maud, Brigitte et Emmanuel, Liliane et François-Marie … La production, naturellement, est somptueuse. On visite pour pas cher les demeures, les jardins secrets et les intérieurs de palais disséminés dans le Royaume-Uni. Inutile de dire que Judi Dench est sensass.

Et plus si affinités

http://www.universalpictures.fr/film/confident-royal

Enregistrer

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire