Essai / Vie et mort d’un dandy – Construction d’un mythe : quand Michel Onfray autopsie les conquérants de l’inutile

Ou plus exactement un puisque c’est au fondateur du genre que le philosophe s’attaque à savoir Brummel. Brummel à qui il taille d’entrée un short monumental en rappelant à quel point le père du dandysme était un sale gamin, grossier, ridicule, de mauvais foi, pleûtre, légèrement escroc sur les bords, … bref une mauvaise nature.

Ceci étant dit, ce qui intéresse l’auteur de La Sculpture de soi, c’est justement le processus qui a conduit à la déification de cet individu, à la fondation de la légende par un certain Barbey d’Aurevilly, secondé en cela par Baudelaire. Il faudra bien ces deux génies pour passer au crible le modèle d’origine, magnifier ses travers, taire ses vices, façonner l’Histoire et poser les fondations d’un mythe dont d’aucuns se réclament encore aujourd’hui, dans le sillage des Dorian Gray, baron de Charlus et autres héros compassés.

Aussi Michel Onfray construit-il avec sa logique habituelle et un style tranchant, une analyse en deux temps, s’attaquant d’abord à la figure de Brummel tel qu’il était histoire de remettre les pendules à l’heure, de révéler ses failles, ses fragilités, et disons-le clairement, d’imploser l’image vénérée du dandy froid, détaché et nonchalant. Puis il reprend les étapes de cristallisation de la légende, sous la plume de Barbey d’Aurevilly puis de Baudelaire, montrant ainsi ce qui a attiré les deux auteurs, comment ils se sont identifiés, comment ils ont perçu ce personnage hors du commun et si britannique.

Un démontage en règle, qui permet de comprendre l’incroyable attraction de ce profil, et comment il s’est enraciné dans l’inconscient collectif.

Et plus si affinités

http://mo.michelonfray.fr/oeuvres/bibliographie/vie-et-mort-dun-dandy-construction-dun-mythe/

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.